16 décembre 2019
Instinct de sécurité, partie 3
Par: Vincent Guilbault
Vincent Guilbault

Vincent Guilbault

Retour en arrière. En août 2017, j’écrivais le texte « Instinct de sécurité » pour parler de l’intersection dangereuse du boulevard du Millénaire et de la 116 à Saint-Basile-le-Grand. Un homme âgé venait de se faire frapper et tuer.

Voici un extrait tiré du texte : « Ça reste une intersection merdique, n’ayons pas peur des mots. Sur papier, tout est beau selon le ministère des Transports du Québec (MTQ). Mais sur place, je confirme que l’intersection est un foutoir. […] À 70 ans, je ne traverserai pas à cet endroit. C’est difficile à expliquer. Tu ne te sens pas en sécurité. C’est vrai, les statistiques disent le contraire. La mairie veut attendre les conclusions de la police avant d’apporter des modifications. Le MTQ ira jeter un œil, mais assure déjà que tout est beau… Pourtant, sur les réseaux sociaux, les piétons avouent ne pas se sentir en sécurité. Je sais, ça n’a rien d’un sondage scientifique. Mais parfois, écouter son instinct, ça vaut toutes les études du monde. »
J’ai repris ces mêmes mots en janvier 2018 dans ma chronique « Instinct de sécurité, partie 2 ». Une jeune piétonne venait d’être happée mortellement au même endroit à Saint-Basile. Un peu troublé, le maire Yves Lessard avait promis d’enclencher le processus pour améliorer la sécurité.
Chose promise, chose faite.
Et… l’histoire se répète à McMasterville la semaine dernière. Une jeune femme de 19 ans vient de se faire bousiller les jambes et ne pourra pas marcher avant un méchant temps à cause d’un accident. La conclusion viendra rapidement : ce n’est pas la faute de personne. Probablement. Les analyses du MTQ diront que l’endroit n’est pas plus accidentogène qu’un autre, que le nombre…
Ah pis on s’en fout! On s’en fout de votre analyse. On le sait que c’est une traverse dangereuse. Collectivement, on le sait. On le ressent dans nos tripes. On stresse de savoir que nos jeunes doivent traverser à cet endroit. Le cœur de maman, comme disait France Gauthier en parlant de sa fille accidentée qui circule à cet endroit quotidiennement.
Nous avons publié la nouvelle sur Facebook et nous avons reçu une pluie de commentaires unanimes. Oui! Unanimité sur Facebook, si ça existe. Tous ont le même message : « C’est dangereux, tellement mal fait, traverse maudite, on manque de se tuer, bombe à retardement, danger public. » Comme résume si subtilement un internaute : « Mettez des ostis de lumières pour les piétons! »
McMasterville s’est déjà prononcé en faveur de la mise ne place de mesures pour sécuriser la traverse, d’abord avec une résolution officielle du conseil municipal, puis en ayant une discussion avec le MTQ. Et le maire Martin Dulac nous apprend qu’il a eu l’occasion de s’asseoir avec le ministère deux semaines avant l’accident pour parler de la traverse. Résultat de la discussion? Bah, on n’est pas convaincu, dit le ministère. Ajouter de la signalisation? Bof, on va juste créer un faux sentiment de sécurité. On verra.
Je crois en l’analyse, aux études, au recul devant un phénomène. La science doit primer sur le gros bon sens. Mais, des fois… ben on le sait pis c’est tout.

image