24 janvier 2017
Indice de vitalité économique : les municipalités de la région font bonne figure
Par: L'Oeil Régional
L’indice servira à répartir les montants qu’ajoutera le MAMOT à l’enveloppe du Fonds de développement des territoires.

L’indice servira à répartir les montants qu’ajoutera le MAMOT à l’enveloppe du Fonds de développement des territoires.

ÉCONOMIE. Les 13 localités de la municipalité régionale de comté (MRC) de la Vallée-du-Richelieu se classent avantageusement dans le plus récent classement de vitalité économique, dix municipalités faisant même partie du premier quintile.

Réalisée par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) à la demande du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT), l’analyse a été faite auprès de 1098 municipalités pour l’année 2014.

L’indice tient compte de trois dimensions de la vitalité: le marché du travail, le niveau de vie et la dynamique démographique. Pour mesurer concrètement ces trois dimensions, l’ISQ a mesuré le taux de travailleurs de 25 à 64 ans, le revenu total médian des particuliers de 18 ans et plus ainsi que le taux d’accroissement annuel moyen de la population sur cinq ans.

À l’aide d’une formule mathématique, l’ISQ est arrivé à un indice. Lorsque la valeur de cet indice est positive, une localité à un résultat supérieur à la plupart des collectivités. 

Réactions locales

Le maire de Carignan, René Fournier, se réjouit de la position de sa ville. Il mentionne qu’il a eu un rôle à jouer, mais seulement dans une certaine mesure.

«Nous sommes dans le peloton de tête, mais je reste très humble. C’est le reflet du développement résidentiel», affirme-t-il. «Ça dépend entre autres de notre situation géographique qui est bien favorable. Quand tu restes en Montérégie, près de Montréal, tu sais qu’il y a du travail.»

Le maire établit un comparatif avec la Gaspésie qui a obtenu de moins bons résultats, car il y a moins d’emplois dans cette région.

Le maire de Chambly, Denis Lavoie, a pour sa part été critiqué par le chef du parti Démocratie Chambly, Steeves Demers, qui lui reprochait de s’être attribué tout le mérite.

«On comprend que le résultat est dû beaucoup à des facteurs externes», avait-il indiqué.

M. Lavoie admet que plusieurs facteurs entrent en compte, mais tient à souligner la contribution de la Ville.

«Nous sommes attractifs, car nous avons développé un service de transports en commun et parce que nos taxes sont parmi les plus basses de la Rive-Sud. Nous sommes donc très compétitifs», déclare-t-il.

image