7 mai 2020
Infecté à la COVID-19 | La Maison Dauphinelle
« Il pensait que c’était la fin »
Par: Sarah-Eve Charland

Frédéric Morin en compagnie de son père Pierre et de ses deux filles Flavie et Rose. Photo gracieuseté

Pendant deux jours, Frédéric Morin s’est fait un sang d’encre quand il a su que son père, un survivant d’un cancer du poumon, était infecté à la COVID-19. Son père, un résident de la Maison Dauphinelle à Saint-Basile-le-Grand, est sorti des soins intensifs une semaine plus tard.

Publicité
Activer le son

« Je lève mon chapeau à tout le monde et je leur dis de ne pas lâcher! Ça me dépasse. Les gens à la Maison Dauphinelle sont dans mon cœur. Le virus est invisible. Les gens font leur possible », lance M. Morin.

Ce dernier parle à son père sur une base quotidienne grâce à des applications de visioconférence. Dès le début de la crise, il manifestait une certaine inquiétude. Son père, Pierre Morin, âgé de 65 ans, s’est fait retirer un poumon en 2010 en raison d’un cancer. Il a donc une santé fragile et doit s’accommoder d’une bonbonne d’oxygène.

« Au début [de la pandémie], je me suis dit : oh my god, mon père est fragile. Il peut sortir dans la cour et côtoyer les autres résidents. J’ai appelé la résidence. Tout était clair. Il n’y avait aucune zone grise. La Maison Dauphinelle est toujours honnête », dit-il.

Par la suite, les résidents ont reçu la consigne de rester dans leur chambre même pour les repas. Les premiers cas confirmés de la COVID-19 ont commencé dans une autre section de la Maison Dauphinelle. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) Montérégie-Est a confirmé que le premier cas positif avait été identifié le 10 avril. Le père de M. Morin avait été testé une première fois, mais le résultat s’est révélé négatif.

Le 23 avril, pendant sa conversation quotidienne, Frédéric Morin observe que son père déparle. Il a avisé la résidence au terme de son appel. « Étant donné sa condition, ils le suivaient de près. Ils essaient de protéger le plus possible les gens. Comment c’est arrivé? On ne le saura jamais », ajoute-t-il.

Pierre Morin a été envoyé en ambulance à l’hôpital de Saint-Hyacinthe où il a été dépisté positif à la COVID-19. Il a ensuite été transféré à l’hôpital Charles-Lemoyne dans une unité dédiée à la COVID-19.

« Quand il a su qu’il avait la COVID-19, il pensait que c’était la fin. Je l’ai encouragé puisqu’il n’avait pas de symptômes graves. Depuis quelques jours, il a un regain. Il voit sa situation s’améliorer. Il est toujours resté conscient. »

L’état de Pierre Morin est stable depuis plusieurs jours et il a pu sortir des soins intensifs une semaine après avoir intégré le centre hospitalier. Il a été déplacé dans une autre aile de l’hôpital.

L’entrevue s’est tenue le 30 avril. Son état est demeuré stable bien qu’il ait besoin d’un masque d’oxygène depuis la fin de semaine. L’état de santé de Pierre Morin peut donc avoir évolué depuis la mise sous presse.

image