10 mai 2020
Hockey
Guillaume Brisebois vit son confinement à Mont-Saint-Hilaire
Par: Denis Bélanger

Guillaume Brisebois a récolté 15 points en 48 parties cette saison avec les Comets. Photo gracieuseté

De retour au bercail depuis un bon moment, le hockeyeur professionnel de Mont-Saint-Hilaire Guillaume Brisebois reste prêt en cas de reprise rapide des activités. Impatient de recommencer, l’espoir de l’organisation des Canucks de Vancouver reconnaît qu’il vit probablement la plus longue période de sa vie sans avoir chaussé une paire de patins.

Publicité
Activer le son

« Je tente de maintenir la forme. Je fais des entraînements avec mon poids corporel. Je vais courir dehors, je fais du maniement de rondelle quand je peux et je fais aussi des push-ups et des pull-ups », raconte le défenseur de 22 ans qui jouait avec les Comets d’Utica, filiale des Canucks dans la Ligue américaine de hockey (LAH) au moment de la suspension du hockey professionnel.

Brisebois a eu l’occasion depuis d’échanger avec le personnel hockey des Comets. « L’entraîneur-chef Trent Cull m’a texté et on s’est parlé. Il voulait savoir comment j’allais et ce que je faisais. J’ai échangé aussi avec notre gars d’entraînement. Nous avons aussi reçu un courriel de l’entraîneur des Canucks, Travis Green, qui nous disait de nous tenir prêts au cas où les activités reprendraient. »

La LAH et la Ligue nationale de hockey (LNH) ont suspendu leur saison respective le 12 mars comme la plupart des circuits professionnels. Au moment de mettre sous presse, les dirigeants des deux ligues n’avaient pas signifié leurs intentions pour la suite des choses. D’un côté, des observateurs indiquent que le reste du calendrier de la LAH serait annulé. De l’autre côté, la LNH étudie toutes les options possibles pour compléter la saison.

« Ça a été difficile d’arrêter en mars. Tu tombes dans les meilleurs moments de l’année avec l’approche des éliminatoires. On travaille fort toute l’année pour se rendre là et gagner la coupe. Mais là, nous ne pouvons rien faire, même pas pratiquer avec nos coéquipiers. C’est difficile, mais il y a des choses plus importantes que le hockey », ajoute Guillaume Brisebois.

Ce dernier n’a pas tardé à regagner Mont-Saint-Hilaire une fois la saison suspendue. « À [Utica], nous sommes dans l’État de New York, qui a été très touché. On nous a conseillé de retourner au plus vite chez soi et c’est ce qu’on a fait pour ne pas être pris dans une grosse vague qui s’en venait. »

Confiant

Guillaume Brisebois dispute sa troisième saison professionnelle et sa dernière de son entente qui le lie aux Canucks. Il a essentiellement joué dans la LAH et a eu l’occasion de jouer huit parties dans le circuit Bettman la saison dernière. Cette campagne-ci, il a été rappelé par le grand-club, sans toutefois jouer de minutes officielles. Les négociations sont au neutre, notamment en raison de la pandémie de la COVID-19. Mais l’Hilairemontais a bon espoir de rester dans l’organisation de l’équipe qui l’a repêché en troisième ronde en 2015.

« Je ne suis pas inquiet. J’ai quand même une très belle relation avec l’organisation qui en est une de première classe. J’aime être là et il y a le potentiel d’avoir de la place pour moi. J’aime beaucoup Vancouver, je suis encore jeune et j’aspire toujours à jouer à temps plein avec les Canucks. »

Guillaume Brisebois dresse un bilan positif de la saison écourtée qu’il a disputée avec les Comets. Sur la feuille de pointage, il était à trois points d’égaler son sommet en carrière obtenu en 2017-2018 avec 20 parties de plus disputées. « Je m’améliore chaque année et travaille encore plus fort. J’ai vraiment pris de la confiance et j’embrasse un gros rôle dans la Ligue américaine qui est de jouer beaucoup de minutes. »

image