3 décembre 2020
Golf : que retenir de l’engagement de la Ville?
Par: L'Oeil Régional

Voici mon analyse sur la décision des autorités municipales concernant le devenir du Golf de Belœil. Je crois que les résultats tels que présentés par la mairesse soulèvent trois questions sur les engagements de la Ville :

Publicité
Activer le son

Les autorités municipales ne devaient-elles pas prendre en considération les résultats du sondage et les mémoires soumis? Et, selon leur compréhension et leur interprétation de ces indicateurs, elles se réservaient le devoir de trancher sur le devenir du Golf. Toutefois, lors de la dernière séance du conseil, aucune mention ne fut faite sur le poids de ces mémoires. Ces derniers ne devaient-ils pas permettre d’offrir une argumentation plus étayée sur les conséquences des propositions offertes lors de la soirée d’information à un auditoire averti (soit celle du conseil municipal)? Le message de ce silence, pour ceux et celles qui ont pris le temps de concevoir ces mémoires, signifie que leur démarche n’a eu aucun poids dans le processus décisionnel et qu’il ne s’agissait en fait que de leur donner l’impression que leurs points de vue seraient pris en compte. Je trouve cette attitude antidémocratique et on se plaint, par la suite, que les gens ne s’intéressent pas aux affaires municipales. Essayez d’imaginer un gouvernement qui ne fait que prendre toutes ses décisions qu’en fonction de sondages sur des sujets précis où la grande majorité des gens sont des néophytes. Enfin, je crois que l’on envoie un mauvais message et que l’on cherche à museler la contribution citoyenne.

Les deux autres questions concernent le taux élevé d’indécis du sondage.
Habituellement, les indécis sont des citoyens qui ne sont pas en mesure de se faire à l’idée sur la position à prendre. Donc, laissant sous-entendre que le devenir du Golf de Belœil leur est indifférent ou bien que les propositions offertes sont équivalentes et leurs conséquences sont les mêmes pour eux. De plus, faut-il réaffirmer, lors d’un sondage, le pourcentage des indécis est habituellement partagé à égalité des parts entre les opposants, ce qui donnerait alors 54 % pour la vente d’une parcelle du terrain de golf et 48 % pour son acquisition. Et, même si la grande majorité de ces indécis était attribuée pour l’acquisition du terrain de golf, ses propriétaires actuels n’avaient besoin que de 20 % du total des indécis. Donc, on peut se poser la question, pourquoi les autorités municipales ont-elles décidé de se lancer dans une 2e phase de consultations? Que cherche-t-on à démontrer? Pourquoi retarder ce processus, mis en marche dès novembre 2019? Et surprise, alors que l’on repousse la décision à 2021, Mme Lavoie annonce qu’elle va solliciter un quatrième mandat!

Ou bien, deuxièmement, le nombre élevé d’indécis est-il le résultat d’un manque d’information? Rappelons que depuis l’annonce de cette consultation en janvier, il n’y a eu qu’une seule soirée d’information, sans prendre en considération les caractéristiques de nos citoyens en cette pandémie. Que cette présentation se soit tenue à la fin d’octobre et fut suivie du sondage, en même temps que la soumission des mémoires était acceptée, lesquels auraient sans doute permis aux citoyens de mieux s’informer sur les deux grandes propositions. Donc, si l’on annonce une 2e phase de discussion, c’est que l’on considère que le taux d’indécis est le résultat d’une mauvaise campagne d’information. Quelle garantie aurons-nous d’ailleurs que cette fois-ci, les gens seront mieux informés? Quelle approche les autorités municipales prendront-elles pour mieux informer la population concernée et réduire les indécis? Et qui tirera réellement profit de ce délai additionnel? Quels en seront les coûts réels et qui sera dans une meilleure position pour payer les coûts associés à cette 2e campagne d’information?

Rémi Landry, Belœil

image