1 mars 2021
Gabriel Proulx fait la promotion de la persévérance scolaire
Par: Denis Bélanger

Gabriel Proulx

Le hockeyeur Gabriel Proulx a accepté la semaine dernière de porter le chapeau de porte-parole spécial pour la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) des Journées de la persévérance scolaire.

Publicité
Activer le son

« C’est pour moi un honneur ce rôle, car le mot “persévérance” décrit bien mon parcours d’étudiant-athlète. C’est aussi un privilège de pouvoir avoir une certaine influence sur les jeunes joueurs de hockey », commente Proulx.

Le joueur de Belœil a disputé trois saisons complètes dans le circuit Courteau. Après avoir joué deux campagnes avec les Screaming Eagles du Cap-Breton, Proulx a complété son stage junior avec le Drakkar de Baie-Comeau. Il fait maintenant partie du programme de hockey des Stingers de l’Université Concordia où il vient d’entamer sa troisième session d’études.

« C’est sûr que chaque joueur de hockey veut toujours accéder au plus haut niveau pour avoir la chance de gagner sa vie grâce à ce sport. Il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. L’école a toujours été importante chez nous. Personnellement, réussir à l’école a toujours été aussi gratifiant que de bien faire au hockey. »

Gabriel Proulx reconnaît que le calendrier de la LHJMQ pose des défis sur le plan des études. Les étudiants peuvent réussir avec une préparation adéquate, selon lui. « On joue plusieurs matchs en peu de jours et on voyage à des heures tardives. La planification des voyages et des travaux scolaires est importante. Il faut être discipliné. Si tu fais tous les travaux que tu as à faire, tu n’as qu’à te concentrer sur le hockey une fois arrivé au hockey. »

LDT aussi de la partie

Rappelons qu’à l’échelle provinciale, c’est le footballeur de Saint-Jean-Baptiste Laurent Duvernay-Tardif qui agissait pour une troisième année à titre de porte-parole des Journées de la persévérance soulignées du 15 au 19 février. LDT s’est entretenu virtuellement avec plusieurs élèves le 17 février pour répondre à leurs nombreuses questions. Près de 9000 classes dispersées à travers tout le Québec étaient connectées, ce qui représentait environ 250 000 participants.

image