15 novembre 2017
François Legault croit au potentiel économique de la région
Par: Denis Bélanger

Accompagné de Simon Jolin-Barrette, François Legault rappelle que la priorité de son parti est de baisser les impôts des familles du Québec. Photo: Vincent Guilbault

Mettant l’accent sur le développement économique, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, promet qu’un futur gouvernement de la CAQ épaulera des villes comme Belœil dans le démarchage des investissements. De passage en Montérégie, M. Legault est venu partager sa position sur plusieurs enjeux à L’Œil Régional en compagnie du député caquiste de Borduas, Simon Jolin-Barrette.

François Legault est d’avis que c’est la responsabilité du gouvernement du Québec de participer au financement des infrastructures pour développer l’économie de chacune des régions. «Il faut créer des emplois mieux payés dans la région. Nous avons besoin d’Investissements Québec qui va attirer des entreprises. À Belœil, il y a des espaces qui peuvent accueillir des entreprises. Des villes comme Belœil ne peuvent assumer seules le coût du démarchage. Les retombées ne vont pas juste aux villes, le gouvernement québécois en tire aussi profit. Il ne faut rien exclure comme moyen, même l’aide directe aux entreprises. Les États dans le monde sont très agressifs pour attirer les bons emplois.»

Densification et circulation
Le leader politique reste vague sur la question de la haute densification sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal, à savoir si les présents seuils dans les différentes zones seraient maintenus ou abaissés. Il est toutefois en faveur de protéger la montagne à Mont-Saint-Hilaire. Le dossier est partiellement chaud dans cette municipalité alors que la perspective d’un développement résidentiel au piémont dans la zone A-16 inquiète plusieurs citoyens. «Je me suis marié à l’église de Mont-Saint-Hilaire, illustre-t-il. C’est clair que dans ma tête, le mont doit être protégé. On ne doit pas commencer à construire des condos, des résidences en hauteur et appliquer les normes de densité. Ça fait partie du patrimoine et de la beauté du coin.»

François Legault et Simon Jolin-Barrette sont conscients qu’un développement résidentiel aurait un effet néfaste sur la circulation. Ils veulent d’ailleurs mettre de l’avant des solutions pour améliorer la situation. Parmi les pistes de solution proposées, on retrouve des voies réservées, l’élargissement de l’autoroute 20 ainsi que le renforcement du transport en commun. «Contrairement au Parti Québécois, on pense qu’il faut travailler avec l’automobile et le transport en commun. Le PQ pense qu’en faisant souffrir les automobilistes, on va développer le transport en commun, poursuit M. Legault. Il faut être réaliste et permettre aux automobilistes de circuler dans un délai raisonnable.»

Gouvernance municipale et médias locaux
S’il est élu premier ministre, François Legault s’engage aussi à étudier la possibilité d’invalider la Loi 122 qui a conféré plus d’autonomies aux municipalités en modifiant notamment les règles du jeu pour la tenue des référendums et les signatures de registre. Son parti avait d’ailleurs voté contre ce projet de loi. «Il faut qu’il y ait une forme de consultation quand il y a un dossier important», commente le chef de la CAQ.

Il semble néanmoins clair qu’un gouvernement caquiste renoncerait à la clause relevant les villes de leur obligation de publier les avis publics dans les médias locaux. M. Legault se propose d’ailleurs de faire une commission parlementaire sur le financement des médias locaux. Il se dit aussi ouvert à maintenir le modèle d’affaires reposant en partie sur le journal papier. «C’est essentiel pour la démocratie. Il faut diversifier les sources d’information.»

Gaz de schiste
François Legault a réitéré la position de son parti et de son candidat d’interdire tout forage et exploration de gaz de schiste dans la Vallée-du-Richelieu. Il refuse toutefois d’étendre cette promesse à la grandeur du Québec comme le souhaitaient certains opposants. «Pour ce qui est des autres régions, ça va nécessiter une acceptabilité sociale. Pour que ça se fasse, il doit y avoir consensus», souligne M. Legault

Santé
À l’instar de son député dans Borduas, le chef caquiste trouve aberrant que les utilisateurs du CLSC de Belœil doivent payer pour se stationner. Un projet de loi privé à cet effet doit d’ailleurs être déposé prochainement à l’Assemblée nationale. Pour ce qui est de l’accessibilité aux soins, M. Legault croit que la solution passe par la prise en charge réelle des patients par des Groupes de médecins de famille (GMF) et le changement de la rémunération des médecins, qui sont actuellement payés à l’acte.

Rôle important
M. Legault a confirmé que Simon Jolin-Barrette représenterait à nouveau la CAQ dans Borduas et qu’il serait appelé à jouer un rôle important au sein d’un éventuel gouvernement caquiste, car il est «très ministrable». «C’est quelqu’un qui va faire partie de l’élite politique du Québec dans les prochaines années. Il est apprécié de tous ses collègues, brillant et travaillant.»

image