10 mai 2016
Fort McMurray: 2400 édifices ont été détruits par les flammes
Par: L'Oeil Régional
Fort McMurray: 2400 édifices ont été détruits par les flammes

Fort McMurray: 2400 édifices ont été détruits par les flammes

INCENDIE. La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, a annoncé lundi que «l’océan de flammes» qui avait déferlé sur Fort McMurray avait détruit environ 10% des édifices de la ville, mais que le travail acharné des pompiers avait permis de sauver la majeure partie de municipalité.

«La rapidité, le travail acharné, le dévouement et l’intelligence de ces premiers répondants ont, semble-t-il, sauvé près de 90% de Fort McMurray», a déclaré Mme Notley après avoir fait le tour de la cité dévastée.

Les 80 000 habitants forcés de fuir la ville mardi dernier devront toutefois attendre au moins deux semaines avant de savoir quand ils auront le droit de retourner chez eux.

Le chef du service d’incendie régional Darby Allen a affirmé que la vitesse à laquelle l’incendie de forêt avait pris de l’ampleur était sans précédent.

«Je pense sincèrement que rien d’autre n’aurait pu être fait pour protéger les gens et les structures de notre ville», a indiqué M. Allen, ajoutant que le brasier de Fort McMurray avait obligé les experts à revoir les règles concernant l’évolution des incendies de forêt.

Rachel Notley a révélé que 2400 édifices avaient été dévorés par les flammes, mais que 25 000 avaient été préservés, dont l’hôpital, les édifices de l’administration municipale et les écoles.

La majeure partie du centre-ville et l’usine de traitement des eaux usées sont également intacts.

«Il y a quelques jours à peine, cette ville était entourée d’un océan de flammes, mais Fort McMurray et les communautés voisines ont été sauvées et seront reconstruites», a assuré Mme Notley.

Elle a toutefois répété qu’il n’était toujours pas sécuritaire pour les citoyens de retourner dans la municipalité, notamment en raison de la présence persistante de foyers d’incendie et parce que plusieurs zones de Fort McMurray sont sans électricité, gaz et eau.

Darby Allen a affirmé que 40 à 50% du territoire de la ville aurait pu être rasé si les pompiers n’avaient pas réussi à tenir le brasier loin de plusieurs quartiers.

Rachel Notley et M. Allen ont pris la parole après avoir accompagné les journalistes dans une visite de la ville pour constater l’ampleur des dégâts.

L’incendie a abandonné sur son passage des squelettes de meubles, de véhicules et d’édifices. Des maisons qui sont restées intactes font maintenant face à un cratère de l’autre côté de la rue.

Les travaux de reconstruction ont déjà commencé dans la ville durement éprouvée; des équipes s’affairaient notamment à réparer les lignes électriques.

Les autorités optimistes

Les températures plus fraîches et une faible pluie ont donné espoir aux autorités qui tentent de combattre l’incendie qui n’est toujours pas maîtrisé.

Avec des prévisions de températures plus fraîches pour les trois ou quatre prochains jours, l’un des responsables de la lutte aux incendies de l’Alberta, Chad Morrison, a déclaré que les pompiers devraient être en mesure d’éteindre les foyers d’incendie les plus brûlants. Et cela leur a permis de protéger encore plus Fort McMurray, dit-il.

L’incendie qui a dévasté Fort McMurray la semaine dernière se trouvait lundi à une trentaine de kilomètres de la Saskatchewan, la province voisine à l’est.

Un autre foyer se trouvait quant à lui à une quinzaine de kilomètres de la frontière, mais ces deux incendies étaient situés tout de même à plus de 50km de la localité la plus proche dans cette province – comme La Loche ou Buffalo Narrows. Par ailleurs, les violents incendies de forêt qui ont dévasté la Saskatchewan l’an dernier laisseraient peu de «carburant» aux feux de cette année, explique Steve Roberts, de la direction de la lutte contre les incendies de forêt dans cette province.

Le député fédéral de la région, David Yurdiga, qui a visité Fort McMurray dimanche, s’est dit maintenant plus optimiste.

«On va se relever beaucoup plus rapidement que je ne le pensais. Toutes nos infrastructures-clés sont encore debout. Notre hôpital est là, nos écoles. Notre usine de traitement des eaux fonctionne», a-t-il déclaré aux journalistes.

«J’ai visité probablement tous les quartiers de Fort McMurray et 80 pour cent des maisons sont toujours debout, a-t-il dit. Dans certains secteurs, vous ne sauriez même pas qu’il y a eu un incendie.»

À Edmonton, là où bon nombre de résidants de Fort McMurray se sont installés, les autorités sanitaires signalent par ailleurs ce qui semble être une épidémie de gastroentérite. Une cinquantaine de personnes – jeunes et vieilles – installées dans un centre d’accueil pour déplacés sont tombées malades en fin de semaine. La promiscuité semble accroître les risques de contagion, indique-t-on.

La Croix-Rouge dit avoir récolté 60 M$ en dons jusqu’à présent.

La Presse Canadienne

image