18 décembre 2015
Familles d’accueil: le recrutement devrait recommencer en 2016
Par: Karine Guillet
En 2014-2015, pas moins de 31% des signalements au Centre jeunesse de la Montérégie concernaient les enfants de 5 ans et moins.

En 2014-2015, pas moins de 31% des signalements au Centre jeunesse de la Montérégie concernaient les enfants de 5 ans et moins.

Après une pause de plus d’un an, le Centre jeunesse de la Montérégie devrait recommencer à recruter des familles d’accueil.

Selon le Centre  intégré  de santé et de services sociaux (CISSS) Montérégie-Est, le Centre jeunesse de la Montérégie avait cessé le recrutement puisqu’il avait «un bassin significatif» de familles d’accueil prêtes à répondre à la demande. Au 31 mars 2015, 119 des 812 places en famille d’accueil, soit presque 15% des places, étaient disponibles selon le rapport annuel du Centre jeunesse.  

Depuis les quatre dernières années, le nombre de familles d’accueil est toutefois en constante diminution. En 2011-2012, le territoire de la Montérégie disposait de 1044 places en famille d’accueil. Quatre ans plus tard, on en comptait 232 de moins, une diminution de 22% des effectifs.

Pour les 0-12 ans

Le CISSS compte toutefois mettre sur place un comité responsable d’identifier les zones géographiques avec moins de places disponibles pour mieux cibler les futures activités de recrutement.

Les activités de recrutement au cours des prochains mois se concentreront sur des familles qui pourraient accueillir des enfants 0 à 12 ans, puisque le CISSS ME constate des besoins pour cette clientèle dans le territoire. En 2014-2015, pas moins de 31% des signalements au Centre jeunesse de la Montérégie concernaient les enfants de 5 ans et moins. La catégorie 6 à 12 ans représentait pour sa part 40% des signalements.

Les signalements se stabilisent

Après quelques années d’augmentation, le nombre de signalements à la DPJ en Montérégie est demeuré stable en 2014-2015.  Des 12 795 cas signalés au Centre jeunesse de la Montérégie, un peu moins de 40% ont été retenus. Le motif le plus fréquent de signalement dans la région est la négligence (1781 cas), suivi de l’abus physique (1387 cas). Ces deux motifs sont également les plus souvent cités à l’échelle de la province.

 

image