24 décembre 2018
Espace Pekan : des chambres à air deviennent des bijoux écologiques
Par: Vincent Guilbault
Cet hiver permettra à Jessica Bertolacci de créer de nouveaux bijoux pour sa nouvelle collection qu’elle espère lancer en mai 2019.
Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Cet hiver permettra à Jessica Bertolacci de créer de nouveaux bijoux pour sa nouvelle collection qu’elle espère lancer en mai 2019. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Artiste engagée et entrepreneure touche-à-tout, l’Otterburnoise Jessica Bertolacci s’est lancée plus tôt cette année dans la confection de bijoux écolo avec son projet Espace Pekan. Son matériau de prédilection : des chambres à air qu’elle récupère pour leur donner une seconde vie.

Passionnée dotée d’une feuille de route aussi chargée qu’éclectique, la designer Jessica Bertolacci s’est lancée dans la confection de bijoux, une forme d’art qu’on porte sur soi, avec en tête le désir de garder cette conscience environnementale qui l’habite depuis longtemps. « En créant ma collection, je ne voulais pas faire comme tous les autres et je cherchais des matériaux que l’on peut trouver dans la maison. J’ai un jour vu quelqu’un travailler avec le caoutchouc et c’est là que j’ai eu un déclic pour les chambres à air », explique celle qui a lancé sa première collection en mai 2018.

Une première étape
C’est une rencontre fortuite qui est à l’origine du nom Espace Pekan. « J’étais en train de méditer pendant une randonnée sur le mont Saint-Hilaire quand j’ai vu un pékan passer et je trouvais qu’il était aussi hyperactif que moi! Le nom est resté », se remémore Jessica Bertolacci.
Le site web d’Espace Pekan propose environ 25 différents modèles de bijoux, mais d’autres verront le jour en 2019, promet la designer. « L’hiver est le meilleur moment pour la création en vue de l’été où je vends mes créations dans les marchés. J’explore d’autres matériaux pour ma nouvelle collection, notamment des bouts d’os et de pierre. Je veux intégrer davantage de matériaux naturels à mes créations. » L’Otterburnoise se targue de créer des bijoux « élégants » qui sont issus dans bien des cas d’une certaine « recherche culturelle ». « J’essaie de ne pas juste faire de beaux bijoux vides et superficiels. Je recherche des symboles qui pourront avoir une signification pour ceux qui les portent. »
Même si les bijoux demeurent le « fil conducteur » d’Espace Pekan, la collection propose également des vêtements dotés d’illustrations ludiques et engagées. Par exemple, un design présente un ours polaire en train de se raser pour faire face au réchauffement climatique.

Conscience écologique
Jessica Bertolacci espère éveiller les consciences à travers Espace Pekan, insistant sur le fait que « tout objet a droit à une deuxième vie ». Elle espère du même coup inciter les gens à prendre eux-mêmes l’initiative de confectionner des cadeaux afin d’éviter la surconsommation et de prendre conscience que chaque petit geste compte pour sauver la planète. « Si je peux en conscientiser quelques-uns avec mes créations, ce sera une réussite pour moi. »
Quelques boutiques à travers la province vendent des articles d’Espace Pekan, mais le plus simple demeure de visiter son site web espacepekan.com pour tout savoir des différents produits offerts et des fourchettes de prix.

image