15 novembre 2019
Escalader l’Aconcagua pour soutenir les jeunes en détresse
Par: Denis Bélanger

David Gibeault Photo gracieuseté

Pour démontrer aux jeunes en détresse qu’aucune montagne n’est insurmontable dans la vie, le pompier de la Vallée-du-Richelieu David Gibeault s’envolera en janvier prochain en Argentine pour y gravir le sommet de l’Aconcagua, la plus haute montagne de l’Amérique avec ses 6962 mètres.

Âgé de 27 ans, M. Gibeault s’est fixé comme objectif d’amasser 5000 $ pour l’organisme de Longueuil 2159. L’organisme intervient auprès des jeunes à risque afin de prévenir et contrer l’itinérance, la délinquance et l’exploitation sexuelle. Celui qui œuvre comme pompier dans la région depuis six ans a d’ailleurs rencontré les jeunes bénéficiant des services de l’organisme pour raconter son propre parcours de vie.

« Ça n’a pas toujours été facile pour moi sur le plan professionnel. Je n’ai pas toujours réussi du premier coup et il y a même certaines personnes qui m’ont découragé. Quand j’étais à l’école, mon orienteur m’a suggéré d’aller vers un autre domaine, car c’était contingenté. »

David Gibeault espère d’ailleurs que son défi servira d’inspiration aux jeunes. « Moi, je me suis donné un défi et je les invite à en relever un que ce soit de terminer un cours, de rétablir une relation brisée ou encore d’arrêter une consommation de drogue. La persévérance, c’est quand que tu es tanné d’essayer de faire quelque chose qui ne se couronne pas de succès, mais que tu continues quand même. »

Le pompier s’envolera à destination de la ville de Mendoza, en Argentine, vers le 27 janvier pour entreprendre l’ascension de l’Aconcagua. Il prévoit le faire en une vingtaine de jours et il sera accompagné pendant l’aventure par un sherpa (guide). « Il s’appelle Sergio et sera là pour m’aider et me guider. Tout seul, ce serait plus dangereux. »

M. Gibeault a eu l’idée de relever le défi d’un ami pompier qui a lui-même escaladé cette montagne. « Il l’avait fait pour ramasser des fonds pour une école. Moi aussi j’ai voulu m’associer à une cause et j’ai été vers le 2159, car j’ai un ami qui travaille là. »

En forme
David Gibeault se maintient en bonne forme physique en faisant de l’entraînement fonctionnel (cross fit) et compte monter l’intensité d’ici le grand départ. « Je vais aussi courir et m’acheter une veste pour courir justement avec une charge plus lourde. »

Le jeune homme est conscient que la tâche ne sera pas facile, mais dégage beaucoup de confiance. « Ce ne serait pas un défi si c’était facile ou si on n’avait pas peur. Faut que ça soit dur, un défi. »

image