11 juillet 2017
Environ 50% des clients rebranchés
Par: Vincent Guilbault
La circulation est déviée vers les rues locales, mais un ralentissement est à prévoir sur le Boulevard Yvon-L'Heureux.

La circulation est déviée vers les rues locales, mais un ralentissement est à prévoir sur le Boulevard Yvon-L'Heureux.

Gaz Métro s’affairait encore en début de semaine à des opérations de rallumages pour permettre à ses clients d’avoir accès au gaz pour leurs opérations, une fuite de gaz majeure d’un conduite en bordure de la route 116, jeudi dernier. Mardi matin, environ 50 % des clients avaient retrouvé l’accès au gaz.

Les entreprises dépendantes du gaz, comme les restaurants, étaient privilégiées par les équipes de rallumage, confirme Maude Hébert, porte-parole de l’entreprise. Suivaient les utilisateurs du gaz en période estivale et les utilisateurs en période hivernale (ex; pour le chauffage). Environ 25 % des clients qui attendaient d’être connectés dépendaient du gaz surtout pour le chauffage.

En raison d’imprévus, il était toutefois impossible de prévoir le temps que prendrait le rallumage de tous les clients.

Entre temps, Gaz Métro a eu recours à du gaz naturel liquéfié pour remettre du gaz dans son réseau. L’opération consiste à vaporiser le gaz et l’injecter dans le réseau pour permettre à des clients de continuer leurs opérations. La compagnie a aussi offert des services d’appoint, comme du chauffage au propane pour certaines entreprises.

Des employés continuent d’arpenter la région pour rencontrer les clients puisqu’ils doivent manuellement rallumer l’équipement. Les clients absents lors d’une visite sont invités à contacter l’entreprise afin de planifier la remise en marche des installations.

Cause inconnue

Au moment de mettre sous presse, Gaz Métro ignorait toujours la cause de l’importante fuite qui s’est déclenchée vers 7h30, jeudi dernier, sur une conduite de TransCanada, près du rang des Trente et de la route 116 à Saint-Basile-le-Grand.

Toutefois, l’hypothèse étudiée était la défectuosité d’un joint d’étanchéité.

Le sergent Pierre Tremblay, de la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent (RIPRSL), a confirmé l’absence de travaux dans la zone. Une expertise sera menée pour déterminer la cause de la fuite.

En raison de la fuite, les policiers ont dû évacuer quelques résidents du secteur. Hydro-Québec a également dû couper le courant par mesure de sécurité, privant plus de 1000 abonnés d’électricité dans le secteur de McMasterville et plus de 2000 à Belœil.

La route 116 a été fermée entre la rue Principale à Saint-Basile-le-Grand et la rue William-McMaster. Au moment de mettre sous presse, une voie de circulation était toujours retranchée vers l’est.

Le passage des trains de banlieue a été touché, jeudi, nécessitant le déploiement d’un autobus à partir de Mont-Saint-Hilaire pour déplacer les usagers directement à la Gare Centrale. Les perturbations du train de banlieue se sont poursuivies jusqu’en soirée en raison de la fuite de gaz à McMasterville.

Plusieurs restaurateurs touchés

La coupure de l’alimentation en gaz naturel a causé des désagréments à certains restaurateurs, dont les cuisines sont alimentées en gaz naturel. C’était notamment le cas du Petit Réveil/La petite soirée, sur la 116, qui a dû restreindre son menu du matin et du midi, vendredi. «Ne pouvant pas utiliser le gaz, nous faisons la conversion de notre cuisine à l’électricité afin de vous servir sans problème», a fait savoir le restaurant sur sa page Facebook.

Le restaurant Shack Attack, à Mont-Saint-Hilaire, s’est quant à lui procuré deux barbecues à granules afin de nourrir les clients malgré la fuite de gaz alors que le Côte, dans le Vieux-Belœil, avait laissé une note à ses clients indiquant être fermé en raison des circonstances hors de son contrôle.

Le restaurant Piazzetta à Mont-Saint-Hilaire a même affiché un menu «Panne de gaz» et le restaurant Benny, sur la 116 à Belœil, affichait le menu disponible sur une affiche sur un poteau, près du bâtiment.

Questionnée sur les mesures de dédommagement ou de réclamation en raison de la coupe de gaz, la porte-parole Maude Hébert a suggéré aux différents propriétaires de passer par le service de réclamation de Gaz Métro pour une analyse.

image