22 mai 2019
Vallée-du-Richelieu
Employés recherchés dans
Par: Denis Bélanger

Sacha Gagnon de SH Karting. Photo Annie Beauregard | L’Œil Régional ©

Kevin Patenaude, copropriétaire du Ciné-parc de Saint-Hilaire, a réussi à pourvoir tous les postes. Photothèque | L’Œil Régional ©

Le Club de Golf de la Madeleine recherche encore du personnel pour s’occuper de l’entretien des terrains. Photo gracieuseté

La pénurie de main-d’œuvre n’épargne aucun secteur d’activité. La semaine dernière, à travers la province, l’industrie touristique s’est vue obligée de lancer une campagne de recrutement, Mon emploi en tourisme. En Montérégie, c’est au moins 2362 postes pour la saison estivale qui demeuraient à pourvoir au moment de l’offensive. Plusieurs entreprises touristiques de la Vallée-du-Richelieu recherchent encore du personnel.

«On ne valorisait pas ces métiers auparavant. Là, nous lançons une vaste offensive pour promouvoir ces emplois. Nous espérons que ça va porter fruit. On va quand même avoir investi à la fin de cette grande campagne près de 1,3 M$ », avance la directrice générale de Tourisme Montérégie, Josée Julien.

Selon l’organisme, le tourisme estival crée maintenant plus de 47 000 emplois sur le territoire, ce qui constitue une augmentation de 3760 postes nouvellement créés. Les jeunes de 15 à 24 ans ainsi que les 45 ans et plus représentent 69 % de la main-d’œuvre totale en tourisme. « La pénurie de main-d’œuvre a des conséquences, renchérit Mme Julien. Des entrepreneurs sont obligés de fermer certaines journées par manque de ressources. Vous avez des employeurs qui sont obligés de mettre la main à la pâte pour les chambres. Des hôteliers ferment aussi des journées ou réduisent les heures d’ouverture. Des terrains de camping ou des plages ne peuvent ouvrir en raison d’un manque de moniteurs ou de sauveteurs. »

Dans les secteurs de la restauration et de l’hébergement, les commerces doivent encore pourvoir des postes de préposés à l’entretien ménager, de cuisiniers et d’aides-cuisiniers. Au Club de golf La Seigneurie à Mont-Saint-Hilaire, il restait encore un ou deux emplois à pourvoir dans la cuisine. Son de cloche identique à l’Hôtel des Trois Tilleuls qui recherche encore quatre ou cinq aides-cuisiniers. Pour sa part, le Golf Domaine de Rouville, à Saint-Jean-Baptiste, indiquait sur sa page Facebook au début mai qu’il agrandissait son équipe et était à la recherche de serveurs d’expérience.

Dans le secteur des loisirs et divertissements en Montérégie, il y a un besoin de sauveteurs, de moniteurs ou d’animateurs, de préposés à l’entretien de sites, de sentiers ou de bâtiments, ainsi que de préposés à l’accueil, la billetterie ou le service à la clientèle. SH Karting, de Saint-Charles-sur-Richelieu, et le Club de golf La Madeleine, de Sainte-Madeleine, ont eu de la difficulté à combler ce type d’emploi. Ils ont pu bénéficier d’une collaboration avec la station Ski Saint-Bruno.

« Les jeunes après leur job d’été retournent l’hiver à la station, commente Sacha Gagnon, actionnaire de SH Karting. C’est ardu de recruter, surtout pour le comptoir à la réception. Il reste quelques postes à combler. On ne refuse personne, on va les passer en entrevue. »

« Côté restauration, étonnamment, on est plein, je dirais même saturé. J’ai refusé des CV côté cuisine, avec des contacts d’emplois saisonniers de Ski Saint-Bruno et des alentours, nous avons pu combler nos postes, mentionne Olivier Griffin, directeur général du Club La Madeleine. Du côté de l’entretien des terrains, nous sommes encore en période de recherche pour trois postes. Nous sommes en train de restructurer nos processus, voir si on ne peut pas changer des quarts de travail. »

Josée Julien est en faveur du partage d’informations entre les entreprises saisonnières. « Il pourrait y avoir une banque de données que se partageraient les entreprises d’été et d’hiver. Dans un des secteurs de la Montérégie, il y a une banque de données pour les employés de banquets. Les entreprises se partagent alors la main-d’œuvre pour les congrès ou les énormes réceptions. »

Évidemment, il y a toujours des exceptions à la règle où le recrutement s’est bien déroulé, comme en témoigne Kevin Patenaude, copropriétaire du Ciné-parc de Saint-Hilaire. Rappelons que c’est d’ailleurs l’un des rares ciné-parcs à encore opérer dans la province.

« Nous n’avons pas eu de problème à recruter. Nous avions 23 postes à combler et 14 personnes de l’année dernière sont revenues. Nous avions une journée d’embauche et pratiquement le double de personne pour le nombre d’emplois qu’on avait est venu », rapporte M. Patenaude.

Industrie profitable
Au Québec, ce sont 20 000 postes qui sont à pourvoir dans l’industrie. Selon le ministère du Tourisme, ce secteur représente 2,5 % du PIB du Québec avec 402 000 emplois et des recettes de 15,7 M$, ce qui en fait le 5e secteur d’exportation en importance dans la province. Près du quart des visiteurs sont des touristes internationaux et génèrent plus de la moitié des recettes

image