3 mars 2016
Éliane Martin: une patineuse de vitesse solide
Par: Denis Bélanger
Éliane Martin aux Jeux du Québec.

Éliane Martin aux Jeux du Québec.

Même un coup de patin en plein visage n’arrête pas Éliane Martin. Fonceuse, la patineuse de Sainte-Madeleine a pris part à une course malgré les points de sutures fraîchement cousus.

La scène s’est produite en mars 2015 aux Jeux du Québec d’hiver de Drummondville. Selon la jeune de fille de 16 ans, c’est probablement cet acte de résilience qui lui a valu l’honneur d’être nommée porte-drapeau de la délégation de la Rive-Sud à la cérémonie de fermeture. Elle avait eu aussi l’honneur de brandir le fameux drapeau des Jeux remis à la région qui a terminé au premier rang du classement général. «C’était un beau moment spécial», se rappelle celle qui avait également remporté une médaille de bronze et établi deux records durant les Jeux.

Mais ce n’est pas la première fois qu’elle se blessait en compétition. Il y a plusieurs années, en pleine session de  cheerleading, elle est tombée et a subi une commotion cérébrale. «Cet événement a ralenti ma progression dans le sport.»

En plus de sa résilience, Éliane s’adapte facilement. Elle avait déjà passé du patinage artistique au hockey avant d’enfiler des patins de vitesse il y a quelques années. Une transition naturelle avoue l’athlète.

Elle a eu la piqure pour le patinage de vitesse en 2010 après avoir vu entres autres Charles Hamelin remporter deux médailles d’or olympiques en une soirée aux Jeux de Vancouver. «J’aime aussi le patin de vitesse, car les performances ne dépendent que de toi. Si tu perds, c’est de ta faute. Dans les sports d’équipes, ce n’est pas la même chose.»

Sa  première saison a été plus difficile. «J’avais de la difficulté à gérer mon stress et je tombais souvent. Mais à force de faire de la compétition, je me suis mise à mieux performer», ajoute celle qui patine maintenant au niveau élite. Souvent, on me le  dit, je suis déterminée et persévérante. Je mise là-dessus pour le patin, mais aussi pour les études.»

Éliane Martin participera aux prochaines sélections nationales pour les mondiaux juniors et elle ne compte pas trop se mettre de pression. «Je vais là pour prendre le plus d’expérience que je peux. Je suis encore jeune, alors que les filles qui se classent sont habituellement plus vieilles.»

La patineuse porte les couleurs du club les Fines Lames de Sainte-Julie. L’entraîneuse du club, Vicky Labourdette, confirme la nature combative d’Éliane. «Peu importe les adversaires coriaces qu’elle a à affronter, elle veut toujours arriver première.

De plus, elle est très explosive, elle gagne tous ses départs. Éliane a naturellement une très belle technique et aime qu’on lui montre de nouveaux défis techniques.»

image