24 novembre 2017
Eau potable: la consommation par personne a augmenté
Par: Karine Guillet

Les résidents de Mont-Saint-Hilaires consomment plus d’eau annuellement que les autres résidents de la région. Photo: Archives Yann Canno.

Les citoyens de la Vallée-du-Richelieu ont consommé plus d’eau potable en 2016. Selon les données de la Régie intermunicipale de l’eau de la Vallée-du-Richelieu (RIEVR), la consommation journalière par personne est passée de 334 litres par personne quotidiennement à 342, une première hausse en cinq ans.

 

C’est encore moins que la moyenne québécoise (à 362 L/jour), mais plus que la moyenne canadienne (de 251 L/jour).

Depuis les dix dernières années, la Régie intermunicipale de l’eau de la Vallée-du-Richelieu a noté une diminution de la consommation moyenne journalière, alors que la consommation moyenne d’eau potable dans la Vallée-du-Richelieu était de 416 L/jour/personne. La Régie explique cette diminution notamment par la meilleure gestion de la pression de l’eau, une meilleure surveillance des débits de nuit et une réparation rapide des fuites sur le réseau. La conscientisation des citoyens et leur participation à des programmes d’économie d’eau potable peuvent aussi avoir eu un impact.

Les Hilairemontais, de grands consommateurs estivaux

Même si elle a légèrement diminué sa consommation d’eau potable, la Ville de Mont-Saint-Hilaire demeure parmi les municipalités avec la plus forte consommation d’eau potable par habitant de la Régie, avec la municipalité de Saint-Jean-Baptiste (dont la consommation résidentielle inclut les entreprises agricoles et les petits commerces).

La Ville constate de son côté que sa consommation d’eau potable est considérablement plus élevée que les autres municipalités membres de la RIEVR l’été, alors qu’elle se classe dans la normale pendant la saison froide. La directrice des communications de la Ville, Isabelle Marnier, soutient que cette consommation accrue s’explique en partie par une utilisation plus grande de l’eau pour des usages extérieurs comme l’arrosage de gazon et le remplissage de piscine. La Ville mise d’ailleurs sur la sensibilisation pour limiter l’usage extérieur de l’eau potable en déployant une campagne d’économie d’eau potable tous les ans. Mont-Saint-Hilaire effectue également une recherche de fuites de trois à quatre fois par année.

Le fait que le territoire de la municipalité comporte de fortes dénivellations fait également grimper le bilan, explique Mme Marnier, puisque la pression moyenne de distribution est considérablement plus élevée que les autres villes.

Otterburn Park, la meilleure amélioration

De toutes les Villes membres de la RIEVR, Otterburn Park est la seule à avoir réalisé une diminution significative de sa consommation cette année, faisant passer sa consommation journalière de 391 L/personne à 368 L/personne. Selon la porte-parole de la Ville, Stéphanie Julien, cette diminution pourrait s’expliquer en partie par des travaux d’aqueduc dans certains secteurs du Vieux-Otterburn Park qui ont permis de colmater des fuites. Elle ajoute que la municipalité élabore des stratégies pour sensibiliser la population à l’entretien des aménagements paysagers, des piscines et des spas. La Ville travaille également à entretenir le réseau d’aqueduc pour minimiser les pertes.

Légère hausse pour Belœil

À Belœil, la consommation moyenne quotidienne par habitant a augmenté de 23 L l’an dernier, portant la consommation moyenne journalière à 319 L par personne. La porte-parole Caroline Nguyen Minh soutient que cette augmentation a permis à la Ville de constater des irrégularités sur son réseau. La Ville a finalement réparé cinq fuites d’eau, rétablissant ainsi la consommation.

image