10 mai 2018
Vent de changement au Parti des citoyens de Belœil
Dominique Lessard prend la tête du parti
Par: Karine Guillet

Dominique Lessard s'est présentée contre Pierre Verret à deux reprises ,en 2013 et 2017. photo: Vincent Guilbault

Candidate aux dernières élections, Dominique Lessard prend la relève du fondateur du Parti des citoyens, Rémi Landry, à la tête du parti. Malgré une défaite complète aux dernières élections municipales, la nouvelle chef insiste: le parti est là pour rester.

«Je vois qu’il y a un besoin d’information, un besoin de changement qui n’est peut-être pas aussi rapide qu’on le pensait, mais pour nous c’est important d’être présents et qu’on donne un avis, lance Mme Lessard. C’est impossible d’avoir une politique saine quand il n’y a pas d’opposition.»

Courtiser les femmes
Native du Saguenay, Dominique Lessard est résidente de Belœil depuis 2005. Elle a siégé sur plusieurs conseils d’administration au Saguenay, s’est impliquée aussi grandement dans le milieu scolaire et a été une membre active du Parti québécois. Retraitée depuis 2016, Mme Lessard est bachelière en décoration d’intérieur, mais a travaillé pendant près de 20 ans chez Desjardins Assurances. Elle est impliquée auprès du Parti des citoyens depuis presque ses débuts.
Selon l’ancien chef et fondateur du parti, Rémi Landry, Mme Lessard était la candidate idéale, puisqu’elle est une femme impliquée dans sa communauté, qu’elle a une bonne connaissance de la politique et qu’elle a fait ses preuves professionnellement.
Il croit aussi que son arrivée apportera du changement. S’il soutient que le choix d’une femme comme chef n’est pas un exercice de relations publiques auprès des électeurs, le chef sortant ne se cache pas de vouloir recruter davantage de femmes dans ses rangs. «Le fait d’avoir une femme à notre tête va peut-être attirer d’autres femmes et nous donner une [image] différente que celle que je donnais», croit-il.

«Le parti va très bien»
Alors que l’ancien chef du parti dressait un portrait plutôt sombre de l’avenir de son parti au lendemain d’une élection où aucun membre n’avait réussi à déloger l’équipe Lavoie, Mme Lessard jette un regard plus optimiste après quelques mois. Elle estime aujourd’hui que le parti a gagné en popularité entre 2013 et 2017, alors qu’il est allé chercher l’appui de quelque 200 électeurs supplémentaires, pour un total de 41 % des voix. Le vote est bien sorti, mais pas assez, il nous manque encore d’être un peu plus connus», analyse-t-elle, estimant que le manque de réalisations concrètes du parti nuit à l’équipe.
Mme Lessard ne s’en cache pas: le parti s’est remis en question après les résultats du 4 novembre. Son parti se porte aujourd’hui bien, dit-elle, alors qu’il compte une soixantaine de membres.

«Le parti n’est pas qu’un feu de paille. On avait besoin de voir où on allait après la dernière élection. On a réévalué nos choses, on a vu où on était et on sait qu’on fait une bonne job.»

-Dominique Lessard, chef du Parti des citoyens

Rémi Landry toujours présent
Malgré l’arrivée d’un nouveau chef, Rémi Landry demeurera un des dirigeants du parti, avant de se retirer graduellement. Il souhaite continuer d’épauler la chef dans la prochaine année.
Le parti continuera de suivre de près le dossier de la piscine. Le parti se dit préoccupé par le projet de déménagement du garage municipal, la nouvelle caserne de pompiers et la régionalisation

image