4 novembre 2020
Divisions et Noël
Par: Vincent Guilbault

Vincent Guilbault

Si divisés. Nous sommes si divisés. Jamais autant nous l’avons été depuis le début de l’humanité.

Publicité
Activer le son

Ok, nuançons. Je n’ai aucun recul historique et n’importe quel historien pourrait sûrement me convaincre du contraire. Les guerres depuis le début de l’homme ne sont-elles pas la preuve de nos divisions?
***
Pause.
J’écris en ce mardi matin de novembre. Dehors, la neige et la promesse de l’hiver et des décorations de Noël. Des voix s’élèvent un peu partout pour nous inviter à préparer les Fêtes plus tôt cette année. Décorations, musique festive, etc. Instaurer une ambiance plus rapidement pour éclairer un peu nos journées sombres.
Mon fils de 9 ans m’a demandé si je croyais au père Noël. Je ne crois même pas en Dieu, comment pourrais-je croire au père Noël? Mais non, je ne lui ai pas répondu ça, je suis cynique, pas sans cœur.
« Toi fiston? »
« Je ne sais pas. Le lapin de Pâques, il n’existe pas. Le père Noël, je ne suis pas sûr. »
Il a hésité plus longtemps sur la fée des dents. Il a préféré me dire qu’il y croyait encore pour recevoir son argent. Même la foi est monnayable!
***
Revenons.
La division donc. Nous sommes mardi matin, j’écris, mais je pense seulement aux élections américaines. Au moment d’écrire, je ne connais pas le résultat. Je pense à Donald Trump. Je ne veux pas vivre dans un monde tribal. Vous êtes avec nous ou contre nous, disait Georges W. Bush, « le va t’en guerre ». Une doctrine très « trumpienne » avant son temps, une vision manichéenne, machiavélique, réductrice. Je retiens simplement ceci de la présidence du Donald : la division.
Nous avons toujours connu la division, je le disais d’entrée de jeu. Mais la division est aujourd’hui multipliée par mille grâce aux réseaux sociaux. Le documentaire Derrière nos écrans de fumée, sur Netflix, nous rappelle que les algorithmes et les intelligences artificielles nous cloîtrent dans des boîtes et finissent par nous diviser par clans. Mouton ou complotiste, raciste ou woke, gauche ou droite, démocrate ou républicain (enfin, Trump ou anti-Trump). Pour ou contre le projet du golf à Belœil? Non, je rigole, ce n’est pas si pire.
Le documentaire illustre que, depuis la montée des réseaux sociaux, la société américaine n’a jamais été aussi divisée et recroquevillée dans ses positions. En résumé, on croit « notre monde » et on ne se permet plus de discussion.
On sent une colère palpable, encore une fois sur le web, une tension dans notre tissu social. Une prof utilise le mot en N en classe, pour ou contre? Et si la réponse n’était pas si simple, comme dans tous les débats complexes?
Et si la réponse nous réunissait au lieu de nous diviser?
***
Hum, nous réunir.
« J’ai changé d’idée fiston, je pense que le père Noël existe. Tu vois, il arrive déjà au Mail Montenach. »
Ce n’est pas un peu tôt pour Noël? Certes, mais je crois qu’on a besoin de se rassembler plus que de se diviser. Et je crois qu’on a besoin du Nouvel An plus rapidement cette année pour passer à autre chose. (Et je me croise les doigts pour mercredi!)

image