7 juin 2016
Didier Schraenen au GP du Canada…
Par: L'Oeil Régional
Didier Schraenen au GP du Canada...

Didier Schraenen au GP du Canada...

En 28 ans de course automobile, Didier Schraenen est monté sur le podium en moyenne une fois sur deux au circuit Gilles-Villeneuve. Auteur de quatorze podiums sur ce circuit, un record toute catégorie confondue, il aura une sérieuse commande ce week-end lors des deux épreuves du Formula Tour 1600 dans le cadre du 37e Grand Prix du Canada à Montréal.

«Une douzaine de pilotes sur une quarantaine d’inscrits peuvent prétendre à la victoire. À chaque année, c’est de plus en plus difficile, mes adversaires sont de plus en plus jeunes et de plus en plus expérimentés. Ils viennent du karting et malgré qu’ils soient à peine majeurs, ils ont déjà, dans certains cas, une dizaine d’années d’expérience en course. Certains n’ont même pas de permis de conduire!»

La première des deux courses sera tenue tout de suite après la qualification de F1 samedi à 14h30. «Les estrades sont bondées et c’est tout une visibilité pour nos commanditaires que nous offre François Dumontier. Il est le grand responsable de la popularité de la série auprès des pilotes d’ici et d’ailleurs. Nous devons aussi dire un gros merci à Claude Hamel du Groupe STCH Transport Logistique qui soutien aussi la série. Les pilotes gagnants recevront la Coupe STCH au GP du Canada et au GP3R»

La seconde épreuve sera tenue à 9h00 dimanche matin en prélude du Grand Prix. « Arrivez tôt dimanche, ça va brasser, samedi aussi, car les jeunes n’ont pas beaucoup de retenue même s’ils courent le lendemain. Mais les vétérans ne sont pas à négliger. Plus de la moitié des pilotes ont plus de 40 ans, mais ça ne parait que lorsqu’ils enlèvent leur casque.

De mon coté je suis optimiste mais réaliste. Je respecte tout le monde mais je n’ai peur de personne comme il est écrit sur ma combinaison. J’espère que tout le monde jouera franc jeu. C’est ma 29ème année au circuit Gilles-Villeneuve et gagner ici serait un genre de consécration. De toute façon, le simple fait d’être ici me comble.

Mais j’avoue que je n’ai jamais eu aussi soif de victoire et de champagne. On a eu un début de saison difficile à Tremblant suite à un problème moteur.

On a finalement mit le doigt sur le bobo et on sera dans le coup si tout le monde est régulier. Ma CMV est très performante en tenue de route et notre moteur l’est tout autant sur le dynamomètre. Je n’ai aucun problème à être vaincu par un autre pilote tant qu’on se bat à armes égales. La série travaille fort pour que ce soit le cas.

Je ne manquerai pas non plus de saluer l’équipe médicale à l’hôpital de piste, je leur en dois beaucoup. J’ai fait mon deuxième voyage en hélicoptère l’an dernier après la violente sortie de piste dont j’ai été victime avant même de traverser la ligne de départ alors que j’étais en pole. J’aimerais tellement offrir une victoire, à mon équipe, tout comme à mes partenaires.

L’aventure a commencée en 1988 alors que CKMF (maintenant Radio ÉNERGIE) était la voix officielle du Grand-Prix du Canada. J’avais demandé à mes patrons s’ils aimeraient avoir une voiture en piste à leurs couleurs. Ils ont dit oui. Le mariage dure depuis 29 ans et j’espère que ça durera encore longtemps.»

image