29 novembre 2017
Préfecture à la MRC
Diane Lavoie succède à Gilles Plante
Par: Denis Bélanger

Marc Lavigne, Diane Lavoie, Gilles Plante et Yves Corriveau. Photos: Denis Bélanger

Pour la première fois en 14 ans, c’est un autre élu que l’ancien maire de McMasterville, Gilles Plante, qui a procédé la semaine dernière à la clôture de l’assemblée de la MRC de la Vallée-du-Richelieu à titre de préfet de l’instance régionale. Le poste est maintenant assuré par la mairesse de Belœil, Diane Lavoie, qui occupait les fonctions de préfet suppléant depuis 2013.

Seule la candidature de Mme Lavoie, proposée par son homologue de Mont-Saint-Hilaire Yves Corriveau, a été déposée pour l’élection du préfet. Le mandat de préfet sera de deux ans. «Pour moi, c’est un gros dossier. Je vais chausser de grandes chaussures. Je ne suis pas inquiète, car je sais que Gilles sera toujours là. Si j’ai besoin de son expertise ou de l’historique, je peux aller cogner chez lui. Au moins, le transfert des connaissances va se faire», a commenté la mairesse de Belœil au terme de l’assemblée.

La candidature de Diane Lavoie s’imposait, selon elle, puisque la MRC compte 7 nouveaux maires sur 13 et qu’elle est la vice-doyenne à la table. Seul Denis Lavoie, de Chambly, occupe la mairie depuis plus longtemps qu’elle. «Les élus en ont déjà beaucoup à absorber dans un premier nouveau mandat; tu sais que ce ne sera pas ces personnes-là qui prendront le poste. Je sais que je vais avoir mes confrères et consœurs [derrière moi] et je vais m’assurer d’intégrer rapidement les nouveaux élus.»

Parmi les dossiers importants qui attendent la nouvelle préfète, on retrouve le regroupement des services incendie de six municipalités ainsi que toute la question de la densité pour les terrains vacants résidentiels.

Mme Lavoie est la cinquième personne à porter le chapeau de préfet de la MRC, fondée en 1982. Les maires Honorius Charbonneau, de Mont-Saint-Hilaire (mandat à la préfecture de 1982 à 1992), Frédéric Trépanier, de Saint-Marc-sur-Richelieu (1992 à 1997), et Pierre Bourbonnais, de Chambly (1997 à 2003), ont également occupé le poste.

Un poste pour les villages
La fonction de préfet suppléant est revenue au maire de Saint-Charles-sur-Richelieu, Marc Lavigne. Là aussi, une seule candidature a été soumise par les autres élus.
Marc Lavigne reconnaît que ça faisait très longtemps que le poste n’avait pas été occupé par un maire d’une municipalité rurale. «Au-delà de tout ça, c’est vraiment l’approche régionale qui est importante ici et d’être capable de travailler ensemble. Je suis sincèrement heureux de pouvoir travailler avec les autres maires.»
Des adieux émotifs
L’assemblée publique a été très émotive pour Gilles Plante. Ce dernier avait la gorge nouée et la larme à l’œil au moment de procéder à l’élection du nouveau préfet. Il a tout de même été en mesure de passer un message à ses anciens collègues: «Souvent, on essaie de passer nos petits problèmes locaux en ne pensant pas à la majorité de la MRC. Gardez-le en tête, c’est une institution qui est régionale. On a une MRC qui est belle et équilibrée.»

M. Plante a eu droit à une ovation debout de toutes les personnes présentes. Il a également reçu une œuvre d’art de la part du maire de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau.

L’heure de la retraite complète n’a pas encore sonné pour Gilles Plante. Il conservera ses fonctions d’administrateurs de la Fédération québécoise des municipalités jusqu’en février.

image