8 mai 2020
Relation avec un patient
Deux mois de radiation pour une psychologue
Par: Denis Bélanger
Shadowy, moody shot of a legal concept

Mme Couture devra payer aussi 75 % des frais d’expertise déboursés dans le cadre du processus disciplinaire par la plaignante, l’Ordre des psychologues, soit un montant de 7766,65 $. Le conseil de discipline de l’ordre a rendu sa décision le 14 avril. Mme Couture a été déclarée coupable de trois chefs d’accusation en décembre dernier et les délibérations sur la sanction ont eu lieu en février.

Publicité
Activer le son

Par l’entremise de son avocate, Mme Couture a fait savoir qu’elle comprenait et respectait la sanction, et ne portera pas la cause en appel. Le moment où la radiation prendra effet n’est toutefois pas connu, car l’adjointe du syndic de l’ordre n’a pas déterminé si elle ferait appel de la décision de culpabilité ou de celle de la sanction.

Une gestion malhabile

Le dossier remonte à plusieurs années déjà. La thérapie entre Mme Couture et le patient qui est devenu par la suite son conjoint s’est déroulée entre janvier 2012 et octobre 2013, avec une interruption de cinq mois pour un arrêt de travail de la psychologue. Il n’y a eu aucune manifestation physique de cette relation du temps que le patient en question a consulté Mme Couture. Le Bureau du syndic de l’ordre a reçu une demande d’enquête le novembre 2015 et une plainte disciplinaire a été déposée un an plus tard.

En décembre dernier, le conseil de discipline avait établi que la professionnelle n’avait pas été l’instigatrice de la relation et l’avait d’ailleurs acquittée de plusieurs chefs. L’ordre reproche essentiellement à la psychologue une gestion malhabile de l’affaire. Elle a par exemple ressenti un certain émoi à sa première rencontre. Elle a décidé d’en parler à une amie qui est psychologue au lieu d’avoir recours à une supervision formelle.

Le syndic demandait une radiation plus sévère de 10 mois. Le conseil de discipline a rejeté cette proposition en prenant entre autres en considération le fait que Josée Couture avait même tenté après la fin de sa relation professionnelle avec son patient de s’en distancer.

image