19 juillet 2017
Des scouts descendent la rivière en radeau de fortune
Par: Vincent Guilbault
Les soirs, les jeunes s’arrêtent dans principalement dans des parcs nationaux, comme au fort Chambly, au fort Lenox, au Collège militaire de Saint-Jean et, dans la région, à l’Auberge Handfield, qui accepté d’accueillir les tentes des scouts sur son terrain.
Photos: Karine Guillet

Les soirs, les jeunes s’arrêtent dans principalement dans des parcs nationaux, comme au fort Chambly, au fort Lenox, au Collège militaire de Saint-Jean et, dans la région, à l’Auberge Handfield, qui accepté d’accueillir les tentes des scouts sur son terrain. Photos: Karine Guillet

Sur des embarcations faites maisons, une vingtaine de jeunes scouts ont descendu la rivière Richelieu de Lacolle vers Sorel-Tracy pour célébrer la création de la chanson Les Aventuriers, le populaire hymne scout écrit par le maskoutain Guy Desruisseaux.

L’Œil Régional a surpris les jeunes de la troupe Cathédrale-Volcan jeudi dernier lors de leur arrêt sous le pont de la 20, sur la rive de Belœil. Selon le responsable du programme Scout Marins, Thierry Labonté, peu de gens savent que la populaire chanson relate une expédition organisée en 1967 sur la rivière Richelieu. Une belle occasion de le souligner, 50 ans plus tard, en reproduisant la même descente sur des radeaux créés par les scouts pour l’occasion.

« Ce qui a aidé, explique M. Therrien, c’est que les scouts avaient à l’époque rédigé un journal de bord d’une cinquantaine de page dactylographiées, ce qui est énorme pour un rapport de camp. On pouvait y suivre leurs péripéties. »

Les jeunes peuvent donc revivre la même aventure, mais avec des radeaux mieux construits. Les jeunes sont accompagnés d’un adulte à bord, mais le rôle de patron d’embarcation est joué par un des jeunes. Les autres adultes suivent le groupe en voiture.

M. Labonté accompagne le convoi avec une chaloupe pour être en mesure de tirer les radeaux selon le besoins. « Ça fonctionne très bien, dit-il. Nous avons quand même des défis, comme des bris ou des passages laborieux, comme dans le canal de Chambly; c’était une longue journée de remorquage, sans courant. » Une des embarcations a aussi accroché ses mats à l’écluse et quelques flotteurs ont pris l’eau.

Pour suivre l’aventure: https://www.facebook.com/scoutscathedralevolcan/

image