30 décembre 2020
Une année difficile pour le sport régional
Des organismes sportifs et des jeunes résilients
Par: Denis Bélanger
Le hockey mineur  a été un des nombreux sports à être affecté par la pandémie.
Photothèque | L’Œil Régional ©

Le hockey mineur a été un des nombreux sports à être affecté par la pandémie. Photothèque | L’Œil Régional ©

Tout a commencé le 12 mars dernier quand le premier ministre a interdit les rassemblements de plus de 250 personnes. Au même moment, les circuits professionnels majeurs suspendaient leurs activités et le sport mineur a emboîté le pas.

Publicité
Activer le son

Dès le lendemain, une première déception était vécue pour tous les joueurs des Gaulois de Saint-Hyacinthe, incluant le Beloeillois Mikaël Huchette. Hockey Canada venait d’annoncer l’annulation de la Coupe Telus, le championnat canadien du midget AAA qui devait avoir lieu en sol maskoutain. Huchette venait de perdre une occasion de jouer ce championnat devant les siens qui ne se présentera plus puisqu’il en était à sa dernière année midget. Le jeune homme a su surmonter cette déception et s’est taillé un poste avec les Remparts de Québec dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Quelques semaines plus tard, SPORTSQUÉBEC confirmait le report d’un an des Jeux du Québec d’été de Laval. Une nouvelle qui a chamboulé l’échéancier de plusieurs clubs sportifs et mis un doute sur l’admissibilité en 2021 de certains athlètes. En effet, les Jeux ne mettent en vedette que certaines catégories d’âge mineur.

Plus les semaines avançaient, plus les suspensions d’activités se transformaient en annulation de championnats et d’événements de fin d’année. Pour les jeunes gymnastes ou patineurs artistiques, cela signifiait l’annulation du gala de fin d’année. Ils n’ont pas pu ainsi démontrer leur savoir-faire devant un large public. En plus, pour plusieurs athlètes de différents sports, c’était la dernière année qu’ils pratiquaient leur discipline sans pouvoir faire leur adieu en bonne et due forme.

L’espoir est revenu au début juin pour les sports d’été avec des indications que des matchs pourraient être disputés durant l’été. Cet espoir s’est transformé en course effrénée alors que le gouvernement a accéléré le déconfinement des sports d’équipe aux alentours de la fête nationale. Les associations de baseball et de soccer ont dû s’ajuster rapidement, car elles avaient eu enfin l’autorisation de disputer des parties. Du côté du football, l’organisation des Pirates du Richelieu a pu commencer ses activités avec l’équipement complet. Les conseils d’administration ont consacré de nombreuses heures à refaire les horaires.

Les balbutiements de la deuxième vague en septembre ont de nouveau provoqué des bouleversements dans le milieu sportif. Les équipes scolaires ont vécu un tourbillon d’émotions alors que le gouvernement avait interdit la tenue de ces activités avant de changer d’idée par la suite. Toutes les organisations sportives se sont retrouvées sur le qui-vive le 25 septembre quand le gouvernement a annoncé que la région basculerait en zone orange le lendemain. Plusieurs organisations avaient des matchs de prévus. Au lieu d’annuler, ils ont refait leur devoir pour s’assurer que les jeunes puissent jouer.

Le coup d’assommoir est arrivé le 5 octobre quand le gouvernement a annoncé que la pratique du sport organisé serait interdite en zone rouge à partir du 8 octobre. Certains sports voyaient leur saison se terminer prématurément. Pour les sports d’hiver, les jeunes n’auront eu droit qu’à quelques semaines de pratiques, mais à aucune partie ou compétition officielle.

Et la pandémie a laissé ses traces. Si des organisations entretiennent beaucoup d’espoir en 2021, d’autres craignent des lendemains difficiles marqués par une baisse notable des inscriptions.

image