11 avril 2019
Des maternelles pourraient s’ajouter à la nouvelle école de Mont-Saint-Hilaire
Par: Sarah-Eve Charland

La nouvelle école primaire de Mont-Saint-Hilaire pourrait finalement accueillir des classes de maternelle 4 ans à la demande du gouvernement du Québec.

Il y a quelques semaines, il n’était pas question d’inclure des classes de maternelle 4 ans. La Commission scolaire des Patriotes (CSP) a été invitée à modifier son projet en y ajoutant des classes de maternelle 4 ans.

La CSP a donc déposé une nouvelle demande pour l’ajout de deux classes à la nouvelle école primaire de Mont-Saint-Hilaire et trois classes à l’école des Cœurs-Vaillants à Contrecœur alors qu’un projet d’agrandissement est en réalisation. Elle a aussi modifié sa demande de financement pour la construction d’une école primaire à Carignan pour y ajouter trois classes. Ce dernier projet est en attente d’une réponse du gouvernement.

La CSP a demandé d’ajouter un nombre équivalent de classes de maternelle 4 ans à celui des classes de maternelle 5 ans prévues pour l’école primaire de Mont-Saint-Hilaire afin que les élèves puissent poursuivre leur parcours scolaire à la même école.

« Les plans actuels demeurent inchangés. Par contre, l’espace supplémentaire nécessaire pour l’ajout de ces espaces a été pensé et prévu pour procéder à la demande de ce futur projet d’agrandissement qui doit être autorisé par le ministère », soutient la porte-parole de la CSP, Marie-Michèle Blais.

La construction de la nouvelle école primaire du quartier de la gare de Mont-Saint-Hilaire était déjà lancée. Le nouveau bâtiment devait être prêt pour la rentrée scolaire 2019. Il devait rester seulement quelques travaux de finition à faire, notamment pour les plinthes électriques et les cadres de porte.

Le contrat a été attribué à Construction Bâtiments Québec de Saint-Mathieu-de-Belœil au montant de 10,7 M$. La CSP assure que cette demande ne retardera pas les travaux actuels.
« L’école sera en mesure d’accueillir ses élèves tel que prévu pour la prochaine année scolaire […] Les travaux ne devront pas être arrimés [à ceux actuels]. Nous devrons d’abord attendre l’autorisation et le budget du ministère pour procéder à la préparation et la planification de ce nouveau projet d’agrandissement avant d’en arriver à le réaliser », ajoute Mme Blais.

Le coût des travaux du projet actuel demeure inchangé. Le nouveau projet d’ajout d’espaces viendra avec un budget additionnel octroyé par le ministère, précise Mme Blais. n

image