23 avril 2020
Appels aux aînés
Des élus accusent le maire Yves Corriveau « d’utilisation abusive de la liste électorale »
Par: Denis Bélanger

Yves Corriveau

La décision de l’administration municipale de Mont-Saint-Hilaire d’appeler les aînés de plus de 70 ans en période de confinement a causé une controverse. En effet, l’initiative du maire Yves Corriveau de contacter les gens du district 5, bientôt en élection partielle, a suscité la désapprobation de quatre conseillers, lesquels viennent de déposer une plainte formelle au Directeur général des élections du Québec (DGEQ). De son côté, M. Corriveau se défend d’avoir mal agi et confirme que son parti ne présenterait aucun candidat à la partielle de toute façon.

Publicité
Activer le son

Le DGEQ a donné l’autorisation aux municipalités d’utiliser les listes électorales pour pouvoir contacter les personnes âgées. À Mont-Saint-Hilaire, c’était le rôle des employés municipaux de faire ces appels à partir de listes téléphoniques. Les appels devaient commencer au retour du congé de Pâques, a confirmé la porte-parole de la Municipalité Julie Benjamin.

Le maire Yves Corriveau s’est offert de commencer les appels durant le week-end pascal et il a demandé au personnel, et non pas aux élus, d’avoir la liste du district 5, qui n’est plus représenté par un conseiller municipal depuis février à la suite de la démission de Christine Imbeau.

Les conseillers municipaux ont appris seulement la semaine suivante, lors d’une réunion de travail, que le maire avait commencé à appeler des aînés. À la suite de cette rencontre, l’administration de Mont-Saint-Hilaire a consulté une avocate et a décidé par la suite qu’aucun élu ne ferait d’appels.

Rappelons que le siège vacant du district 5 doit être comblé le 14 juin à l’occasion d’une élection partielle. Lors de la démission de Mme Imbeau, M. Corriveau avait déclaré à L’ŒIL qu’il souhaitait présenter un candidat dans le district pour son parti Avenir Hilairemontais.

Une plainte

En désaccord avec les agissements du maire, les conseillers Louis Toner, Émile Grenon Gilbert, Brigitte Minier et Sylvain Houle ont déposé conjointement dimanche une plainte au DGEQ, estimant que le maire a utilisé la liste électorale à des fins partisanes. « Les soussignés cosignataires jugent qu’il y a eu une utilisation abusive de la liste électorale de la part de Yves Corriveau, maire de Mont-Saint-Hilaire, et demandent au directeur général des élections du Québec de se pencher sur ces agissements », peut-on lire dans la plainte dont une copie a été envoyée à L’Œil Régional.

Seul l’élu Jean-Pierre Brault n’a pas condamné le geste du maire. M. Brault a décidé de ne pas commenter la situation, car il y avait une plainte déposée dans le dossier.

Pas de candidat

Le maire Yves Corriveau affirme que son intention n’était pas électoraliste. En point de presse tenu lundi matin pour clarifier la situation, l’élu a même dit espérer que quelqu’un porte plainte afin que le DGEQ puisse confirmer qu’il n’a rien fait de reprochable. M. Corriveau ajoute que, dans son esprit, il prenait le district sans élu pour laisser les autres districts aux conseillers déjà en place.

« La mission première d’un élu est d’être au service de sa communauté en prenant des nouvelles de ses citoyens en temps de confinement. Je déplore le fait qu’on m’ait enlevé cette chance unique de pouvoir le faire. J’avais proposé par la suite d’appeler dans un autre district. […] Si j’avais voulu faire des appels, j’aurais pris ma liste électorale de 2017. »

M. Corriveau a aussi profité de ce point de presse pour confirmer qu’il ne présenterait aucun candidat pour son parti à l’élection partielle. Il a dit faire cette annonce pour dissiper tout doute sur ses réelles intentions. Il avait toutefois admis ne pas avoir réussi à recruter un candidat. Il n’a pas encore décidé s’il solliciterait un troisième mandat ou non à la mairie.

image