19 avril 2017
Des créations beloeilloises séduisent le web
Par: Karine Guillet
Les créations de Stéphanie Morin s'inspirent beaucoup du bois.

Les créations de Stéphanie Morin s'inspirent beaucoup du bois.

COMMERCE.  Lorsqu’elle a lancé ses produits sur la plateforme de boutique en ligne Etsy, Stéphanie Morin n’aurait jamais pensé quitter son emploi trois ans plus tard pour se consacrer pleinement à sa boutique de décoration pour enfants. 

La boutique Abricotine propose des articles de décoration pour chambres d’enfants qui peuvent aussi plaire aux grands. Fan du réseau social Pinterest, la conceptrice s’inspire avant tout de l’évolution de ses deux enfants.

«Le but, c’est que mes produits évoluent avec le temps, explique la créatrice Stéphanie Morin. La vie coûte cher et les gens achètent et jettent. Moi, je m’assure que ça ne soit pas des produits jetables dont on ne veut plus parce que c’est devenu trop bébé.»

Abricotine est née lorsque Stéphanie Morin, graphiste de formation, s’est mise à créer des décorations peu avant la naissance de son premier enfant. Après quelques recherches sur Pinterest, la maman a créé pour fiston un décor inspiré du Magicien d’Oz, avec des guirlandes, des fanions et un mobile en origami, qui figure aujourd’hui dans le logo d’Abricotine.

Mme Morin estime cependant que c’est l’arrivée de l’échelle de croissance, une règle de bois permettant de mesurer tous les membres de la famille, qui a véritablement signé l’envol de la boutique. Elle croit que le produit a trouvé résonnance auprès des consommateurs parce qu’il combine l’objet décoratif à la notion d’héritage. «Je ne m’attendais pas à un tel succès. J’avais fait une petite production de cinquante échelles. Aujourd’hui, on est rendus à 2000 échelles vendues en un an.»

Entrepreneure

La graphiste signe la conception, la peinture, l’assemblage et la mise en marché de tous les produits. La découpe des produits est assurée par une amie.

Si elle connaissait déjà le côté créatif de son métier, la gestion d’une boutique vient chercher sa fibre entrepreneuriale. Les articles issus des collections de la créatrice sont aujourd’hui accessibles dans une trentaine de points de vente. Le succès d’Abricotine a d’ailleurs poussé la créatrice à quitter son emploi, pour se consacrer à son entreprise.

«J’arrive dans une situation où je n’ai plus le choix. Soit je me lance et j’essaie d’en vivre, ou je diminue et j’en fais moins. Avec des enfants, à un moment donné, je mène une vie de fou. Je ne veux pas avoir de regrets, je vais l’essayer», explique-t-elle.

Le bois, matière première

Tablettes décoratives, fanions, tableaux à craies en forme de <@Ri>iPhone<@$p>: beaucoup des créations d’Abricotine ont comme matière première le bois. Un matériau que la créatrice affectionne pour son côté tendance et naturel. «Ce que j’aime, c’est que ça se fond dans tous les décors. Je ne teins jamais au complet le bois, il faut le voir pour garder l’essentiel de la matière.»

Si certains produits, comme les échelles de croissance, seront toujours disponibles, d’autres changeront au gré des saisons. La prochaine collection, lancée l’été prochain, aura pour thématique l’été indien. «Je vais jouer avec les tipis, les totems, les capteurs de rêve. Je vais essayer aussi de trouver de nouvelles matières», explique-t-elle.

image