4 novembre 2020
Des centaines de commentaires et de mémoires sur le golf
Par: Sarah-Eve Charland

Les consultations publiques sur l’avenir du terrain de golf ont permis à des centaines de citoyens de transmettre leurs opinions et questions à la Ville de Belœil. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Des centaines de citoyens ont donné leur opinion sur l’avenir du terrain de golf à Belœil par le biais de commentaires, avis et mémoires. Certains ont proposé de nouvelles options, mais la majorité semble s’allier au projet immobilier du Club de golf Belœil.

Publicité
Activer le son

Plus de 70 % des commentaires et avis se sont prononcés en faveur du dézonage du terrain permettant ainsi sa vente et la construction d’une résidence pour personnes retraitées. Notons que la phrase « je suis pour la proposition du Club de golf Belœil de vendre 5 % de son terrain pour permettre la construction d’une résidence pour personnes retraitées » a été envoyée, mot pour mot, 43 fois à la Ville. Deux variantes de cette phrase ont aussi été écrites à 37 reprises.

Le porte-parole du Club de golf Belœil, Steve Flanagan, explique que le Club de golf a envoyé une infolettre aux signataires de la pétition en faveur du projet immobilier dans laquelle on y suggérait des phrases à transmettre à la Ville. Cette infolettre expliquait entre autres la marche à suivre pour apporter un soutien au projet. « Pour ceux qui appuient le golf, on leur a rendu ça simple, mais ce n’est pas le Golf qui a envoyé tous ces commentaires. C’est le citoyen qui a fait l’effort de le faire lui-même. »

D’autres, à petite échelle, ont proposé à la Ville de devenir partenaire ou actionnaire du Golf. Des citoyens ont aussi suggéré à la Ville d’acheter la parcelle de terrain représentant 5 % de l’ensemble du terrain de golf pour y aménager un parc. D’autres ont proposé d’acheter l’ensemble du terrain, mais de permettre un projet immobilier sur près de 5 % du terrain. Les commentaires touchant de nouvelles options, qui n’avaient pas été présentées en soirée d’informations, représentent près de 7 % des billets reçus à la Ville.

Dans une plus petite proportion, des citoyens, entre 12 % et 16 %, ont proposé à la Ville d’acheter le terrain pour y aménager un parc. Le statu quo a rallié moins de 10 % des avis.
Les citoyens pouvaient soumettre des commentaires et suggestions du 1er au 23 octobre. Dans les commentaires, des citoyens se sont plaints du sondage de la Ville, qui s’est tenu auprès de 1600 résidents du 12 au 23 octobre. Certains ont d’ailleurs mentionné l’absence de questions concernant l’option de statu quo. De nombreux citoyens ont simplement posé des questions au conseil de ville sans prendre position dans le dossier.

« Merci pour votre participation. Nous n’en attendions pas moins de votre part dans ce dossier si important. […] Les élus prendront connaissance des commentaires des citoyens au cours des prochains jours. Le rapport de L’Observateur sera remis à la Ville dans environ [une semaine]. Nous en prendrons alors connaissance et nous vous reviendrons avec plus de détails par la suite », affirme la mairesse Diane Lavoie.

Le Club de golf explique sa dette

Le Club de golf et les Habitations Mont-Royal ont aussi déposé un mémoire afin de défendre leur projet. Le Club de golf a expliqué l’origine de la dette évaluée à 3 M$. Selon l’organisation, des travaux majeurs au pavillon en 2012 ont généré des coûts de plus de 1,5 M$ et le départ massif de 138 membres en 2014 à la suite de la décision de rendre le club semi-privé s’est traduit par des pertes de revenus importantes. Le remboursement annuel de la dette en capital et en intérêts coûte 275 000 $. Toujours selon le mémoire, le Club estime que l’organisation est rentable depuis quatre ans sans le poids de la dette.

image