8 août 2019
2019-2020
Des budgets bonifiés dans les établissements de santé
Par: Sarah-Eve Charland

Plusieurs investissements toucheront les CLSC du territoire, dont celui de Belœil. Photothèque | L’Œil Régional ©

Plusieurs investissements attendent les établissements de santé de la région au cours de la prochaine année. La présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) Montérégie-Est, Louise Potvin, prévoit même une année exceptionnelle.

Plusieurs enveloppes budgétaires ont été bonifiées. C’est notamment le cas pour les équipes de santé mentale adulte. On estime que près de 300 heures seront ajoutées dans l’ensemble des CLSC de la région. Celui des Patriotes, à Belœil, sera aussi touché. Cette aide additionnelle s’adressera aux personnes vivant avec des troubles mentaux ayant besoin d’un suivi intensif.

Le CISSS a aussi obtenu un montant de 2 225 100 $ afin de développer des ressources en dépistage et rehausser les équipes d’intervention des jeunes présentant un retard de développement, une déficience physique, une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme. Cette somme concerne le programme Agir tôt, qui touche les enfants âgés de 0 à 5 ans. Le tout se traduira par l’identification des difficultés chez l’enfant, l’évaluation de son profil de développement, l’orientation vers le bon service et le soutien envers l’enfant et sa famille. Le programme Agir tôt sera déployé au cours des prochains mois par le biais d’une plateforme informatique.

Alors que le soutien à domicile a offert plus d’heures que jamais l’année dernière, le CISSS étendra ses services au cours de la prochaine année grâce à un budget supplémentaire de 13 M$ pour ajouter des ressources. En 2018-2019, l’organisation a franchi le seuil du million d’heures offertes en services de soutien à domicile, ce qui représente une croissance de près de 300 000 heures sur trois ans. Ce sont 8064 personnes qui en ont bénéficié. Cette croissance résulte d’un plan de développement de 6,6 M$ en 2018-2019.

Le projet, qui visait à réduire l’utilisation de médicaments antipsychotiques dans un centre d’hébergement à Saint-Hyacinthe, sera transposé aux centres d’hébergement Montarville et Marguerite-Adam cette année. Selon les nouvelles recherches, l’utilisation d’antipsychotiques chez les personnes âgées présentant des comportements imprévisibles liés à la démence peut présenter des effets indésirables. Il est donc recommandé d’en réduire l’utilisation. Le projet pilote qui s’est tenu à Saint-Hyacinthe a présenté des résultats concluants en diminuant de 44 % le recours à ces médicaments. On remplace ces médicaments par une approche humaine différente. Les employés seront aussi formés pour mieux intervenir auprès de cette clientèle.

Finalement, le CISSS créera plusieurs postes, pour plusieurs titres d’emploi, dans les unités de médecin, chirurgie et urgence des hôpitaux grâce à des budgets supplémentaires. « On est en train de répartir ça sur notre territoire. C’est une grosse opération qui va se traduire par la création de plusieurs postes dans plusieurs titres d’emploi », conclut la PDG Louise Potvin.

À lire aussi:

image