1 août 2016
Décès de Sylvie Roy: « Une immense tristesse »
Par: L'Oeil Régional
La députée provinciale d'Arthabaska Sylvie Roy est décédée à l'âge de 51 ans.

La députée provinciale d'Arthabaska Sylvie Roy est décédée à l'âge de 51 ans.

À l’instar de toute la classe politique, le député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, a appris avec beaucoup de stupéfaction le décès de la députée indépendante Sylvie Roy, qu’il considérait comme une battante.

«Je suis vraiment sous le choc. On n’avait pas eu d’indication que Sylvie était à l’hôpital depuis un mois. Donc, c’est vraiment une surprise et on est vraiment attristé de cette nouvelle-là. Mes premières pensées vont à ses enfants et à sa famille. Je leur offre mes condoléances», a déclaré le député de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Députée Arthabaska à l’Assemblée nationale, Sylvie Roy est décédée à l’âge de  51 ans dimanche après-midi  à l’hôpital l’Enfant-Jésus de Québec. Elle laisse notamment dans le deuil ses deux enfants, Michel et Estelle. Sur les ondes du FM93, son ami et conseiller politique, Éric Vachon, a affirmé que la députée est morte suite à une hépatite aiguë.

«J’étais certain qu’elle allait retomber sur ses pieds. Mme Roy, c’était comme le petit lapin Energizer. Sa pile semblait ne jamais avoir de fin», illustre le député caquiste de Chambly, Jean-François Roberge.

«C’est une immense tristesse parce que 51 ans c’est tellement jeune. C’est foudroyant», exprime M. Jolin-Barrette.

Persévérante

M. Jolin-Barrette a connu pour la première fois Mme Roy en 2012, alors candidat caquiste dans Marie-Victorin. «C’est vraiment devenu une collègue quand j’ai été élu en 2014. J’ai travaillé avec elle sur une base régulière au caucus», se souvient-il.

«Elle a été d’une grande aide pour moi au moins dans les six premiers mois. Elle était toujours disponible, sympathique et prête à aider», a déclaré pour sa part, M. Roberge., aussi élu en 2014.

Il considère sa collègue comme un modèle d’intégrité et souligne sa volonté d’être la voix du peuple.

«Elle était très sincère et vraie dans sa façon de choisir les dossiers. Elle ne faisait pas de compromis sur ce que veulent les citoyens et était à leur service», affirme-t-il.

M. Jolin-Barrette décrit son ancienne collègue comme une femme persévérante «Lorsqu’elle avait une idée, elle ne lâchait pas le morceau. Elle se battait pour les idées qu’elle avait. […] Au moment où elle trouvait la cause juste, elle y allait à fond», témoigne Simon Jolin-Barrette.

Selon lui, Mme Roy travaillait toujours dans le meilleur intérêt de la population. Elle se questionnait sur l’impact que pouvaient avoir ses propositions et les politiques gouvernementales sur la qualité de vie des citoyens.

Sylvie Roy a d’abord été élue en 2003 sous la bannière de la défunte Action démocratique du Québec qui est devenue la CAQ en 2012. La politicienne a joint le parti de François Legault lors de sa fondation. Elle a quitté le caucus de la CAQ en août 2015 pour siéger comme députée indépendante.

Avec la collaboration d’Adaée Beaulieu

image