13 octobre 2021
Terrain de basketball à Belœil
De la grogne autour du parc Charles-Larocque
Par: Olivier Dénommée
Dans une pétition déposée au conseil municipal de Belœil lors de sa séance ordinaire du 27 septembre, on peut lire que les « résidents à proximité du parc [Charles-Larocque] endurent depuis deux ans une nuisance constante engendrée par la pratique du basketball ». Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Dans une pétition déposée au conseil municipal de Belœil lors de sa séance ordinaire du 27 septembre, on peut lire que les « résidents à proximité du parc [Charles-Larocque] endurent depuis deux ans une nuisance constante engendrée par la pratique du basketball ». Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

L’imposant terrain de basketball installé en 2019 dans le parc Charles-Larocque, à Belœil, semble être victime de son succès : quelques dizaines de résidents du secteur ont signé une pétition affirmant que la proximité du terrain constituait une nuisance et demandent aux élus de corriger la situation rapidement.

Publicité
Activer le son

La pétition, dont L’Œil Régional a obtenu copie via une demande d’accès à des documents, soutient que la faible distance entre le terrain de basketball aux dimensions professionnelles et les résidences – moins de 35 m, peut-on lire – cause une nuisance et une baisse de qualité de vie des résidents concernés. Les signataires affirment que le parc Charles-Larocque est un parc « de quartier » et qu’il s’agit d’une erreur d’y avoir érigé une infrastructure sportive « à valeur municipale ». Ils demandent ainsi « des pistes de solution concrètes et immédiates afin de rétablir la qualité de vie et la quiétude des résidents concernés et de celle de l’ensemble du voisinage ». La pétition affirme également que les efforts de communication avec la Ville dans ce dossier ont toutes été « sans réponse satisfaisante » jusqu’à présent et conclut avec cette question : « Les élus souhaitent-ils prendre action immédiate dans le but de proposer une solution pérenne tant pour le district 6 que pour les utilisateurs d’infrastructures de basketball avant les élections municipales de novembre 2021? »

Période de questions
Des citoyens ont également talonné le conseil sur ce dossier lors de la période de questions de la dernière séance ordinaire du 23 septembre, répétant plusieurs demandes incluses dans la pétition. La mairesse Diane Lavoie a insisté sur le fait que la venue de ce terrain est issue de « demandes de citoyens » désirant des infrastructures sportives de plus grande envergure.

Elle persiste et signe : la décision de Belœil de doter le parc Charles-Larocque de ce terrain de basketball était la bonne. « Rien ne nous indique que le choix est mauvais, au contraire, les gens l’utilisent! » Elle reconnaît tout de même que beaucoup de gens se sont approprié les différents parcs de Belœil dans la dernière année, ce qui a mis une pression supplémentaire sur la plupart d’entre eux, y compris Charles-Larocque.

Mme Lavoie soutient que la Ville a apporté des changements importants, incluant la fermeture du parc à 21 h, l’ajout d’affiches géantes pour sensibiliser les gens à la quiétude du secteur et bientôt l’installation de caméras de surveillance pour renforcer la sécurité des lieux. Elle a aussi laissé entendre qu’un parc à proximité d’une école de Belœil pourrait bientôt accueillir un terrain de basketball de cette même dimension, ce qui aurait pour effet de diminuer la pression sur le terrain du parc Charles-Larocque.

Durant cette même période de questions, une citoyenne est revenue sur un passage de la pétition affirmant que le conseiller du district 6, Pierre Verret, aurait « muselé » une citoyenne désirant s’exprimer devant le conseil sur l’enjeu du parc Charles-Larocque au risque de « s’attirer des représailles » d’utilisateurs du parc si elle le faisait. Même si le commentaire visait le conseiller Verret, c’est Mme Lavoie qui a répondu à sa place, assurant que la Ville était toujours ouverte aux discussions avec ses citoyens pour améliorer Belœil et que jamais des citoyens n’ont été découragés d’exprimer leur opinion.

image