3 février 2016
CS des Patriotes: Quatre écoles sur des terrains contaminés
Par: Karine Guillet
L'École internationale de McMasterville est au nombre des écoles situées sur des terrains contaminés.

L'École internationale de McMasterville est au nombre des écoles situées sur des terrains contaminés.

SCOLAIRE. Près de 80 écoles de la Montérégie sont situées sur des terrains contaminés, dont quatre d’entre elles se trouvent sur le territoire de la Commission scolaire des Patriotes (CSP). La situation est cependant sans danger pour les élèves, précise la CSP.

Selon les données colligées par le député caquiste et porte-parole en matière d’Éducation, Jean-François Roberge, 437 écoles sont situées sur des terrains contaminés au Québec.

Quatre écoles sont propriétés de la Commission scolaire des Patriotes: Notre-Dame pavillon 1 d’Otterburn Park, l’École internationale de McMasterville, l’école orientante l’Impact de Boucherville et Ludger-Duvernay de Verchères.

Selon la porte-parole de la CSP, Lyne Arcand, les quatre cas concernent l’enlèvement d’un réservoir à l’huile. La CSP a changé l’équipement désuet dans ces écoles. Les travaux sont en cours afin d’enlever l’ancien équipement de chauffage de manière sécuritaire, sauf à l’école Ludger-Duvernay où les travaux sont déjà terminés.

De plus, la CSP a également procédé à la réhabilitation du terrain à l’ÉÉI l’an dernier dans le cadre de la construction de la nouvelle école de la Farandole. Le terrain était contaminé en raison de la présence de vieilles automobiles. Les travaux de réhabilitation sont terminés.

Selon Mme Arcand, la CSP n’a aucune obligation d’effectuer ce type de travaux de réhabilitation.

Riverside

À la Commission scolaire Riverside, près d’une vingtaine d’écoles anglophones se trouveraient sur des terrains contaminés, dont l’école Montainview d’Otterburn Park. Le terrain de l’école avait toutefois fait l’objet de travaux de réhabilitation il y a quelques années. En entrevue avec TC Media, le directeur général avait d’ailleurs mentionné avoir reçu une lettre du ministère l’informant de la fermeture du dossier de décontamination.

image