27 mai 2015
Coop culturelle: des travaux de plus d’un million de dollars
Par: L'Oeil Régional
La Coopérative culturelle du Vieux-Belœil a vu son bail prolongé jusqu'au 30 septembre.

La Coopérative culturelle du Vieux-Belœil a vu son bail prolongé jusqu'au 30 septembre.

FINANCEMENT. La Coopérative culturelle du Vieux-Belœil aurait à investir 1,013 M$ pour mettre aux normes le bâtiment de l’ancien local du Club de l’âge d’or, situé au 961, rue Richelieu. L’organisme a jusqu’au 30 septembre pour déposer un plan d’affaires à la Ville s’il souhaite rénover l’immeuble.

Le conseil municipal de Belœil avait mandaté l’architecte Stephan Barcelo pour estimer le coût des travaux de rénovation, à la suite de pressions provenant de la Coop et de ses partisans qui veulent sauvegarder la bâtisse.

Rappelons que la Ville projette plutôt de démolir l’ancien Club de l’âge d’or pour aménager un parc à la mémoire du cinéaste Michel Brault.

L’étude de conformité a été déposée le 7 mai dernier, l’architecte identifie les problèmes et recommande des solutions. À la suite du dépôt de l’expertise, la Ville a décidé de prolonger le bail de la Coop jusqu’au 30 septembre et leur demande d’émettre, d’ici cette date, un plan d’affaires.

«La Ville ne voulait pas démolir le bâtiment avant octobre pour l’aménagement d’un parc. Alors pour nous, aussi bien le rendre utilisable jusqu’au 30 septembre. […] On est prêt à attendre jusqu’au 30 septembre que la Coopérative du Vieux-Belœil présente un plan d’affaires ficelé pour le montant de la mise aux normes du bâtiment et de l’aménagement d’une placette parce que ce qu’on souhaite, c’est que le terrain soit utilisé par tous les citoyens de la ville de Belœil», a expliqué à la dernière séance du conseil, la mairesse Diane Lavoie.

Un délai «très court»

Le plan d’affaires devra démontrer la capacité financière de la Coop pour rénover le bâtiment puisque les coûts seront entièrement à sa charge. La contribution de la Ville se limiterait à donner la bâtisse et le terrain dans un bail emphytéotique. Advenant l’absence d’un plan d’affaires d’ici la fin septembre, la Ville poursuivra les démarches pour la démolition et l’aménagement d’un parc, a signifié Mme Lavoie.

Le président de la Coop culturelle, Jean-François Lessard, reconnaît que le délai de quatre mois est «très court» pour déposer un plan et obtenir certains financements. Malgré cela, il croit pouvoir dénicher les fonds nécessaires auprès de programmes de subventions des gouvernements fédéral et provincial en économie sociale. «C’est totalement envisageable», affirme M. Lessard.

Des donateurs privés ont même déjà signifié leur intérêt, indique-t-il. Avec le prolongement de la location, la Coop pourra tenir une saison estivale durant laquelle elle organisera des spectacles-bénéfices «avec des artistes très connus», annonce M. Lessard.

Le président de la Coop remercie aussi la Ville d’avoir mené une étude sur la réfection du bâtiment et de laisser du temps au conseil d’administration pour essayer de trouver l’argent.

image