14 mars 2018
Quartier de la gare à Mont-Saint-Hilaire
Consensus autour du concept de la nouvelle école
Par: Denis Bélanger

Le site de la nouvelle école. Photo: Archives

Après une première tentative infructueuse en début d’année, la Commission scolaire des Patriotes (CSP) vient de déposer un concept préliminaire de la nouvelle école du secteur de la gare correspondant à la vision de la Ville de Mont-Saint-Hilaire.

Rappelons qu’acquis en 2016 au coût de 1,9 M$ par Mont-Saint-Hilaire, le terrain de l’école est situé à l’intersection des rues Forbin-Janson et Louis-Pasquier, à côté du parc de la Rocque. Les deux parties se sont entendues dernièrement sur plusieurs points, dont l’importance de minimiser la circulation automobile sur Forbin-Janson au profit d’autres modes de transport actif.

La Ville et la CSP se sont aussi entendues sur l’aménagement d’un stationnement linéaire (en épi) et à sens unique (vers la rivière Richelieu avec sortie sur le boulevard de la Gare) afin de permettre une circulation fluide minimisant le transit dans le quartier. Un débarcadère d’autobus sera situé sur la rue de Saint-Exupéry pour minimiser la perte d’espaces verts et une façade principale vitrée sera aussi située sur Forbin-Janson. La nouvelle institution comprendra deux classes de niveau préscolaire et douze classes de niveau primaire, un gymnase ainsi qu’un service de garde, pour une capacité d’accueil d’environ 250 élèves.

L’autre point qui fait maintenant consensus est l’utilisation de la topographie naturelle du site pour aménager des espaces en rez-de-jardin, permettant de réduire l’emprise au sol du nouveau bâtiment.

Soulignons que les premiers plans fournis par la CSP proposaient entre autres une école bâtie sur un seul étage. Une idée jugée non appropriée par la Ville en raison de la configuration actuelle du site qui n’est pas vaste, mais plutôt étroit. L’emplacement du bâtiment sur le site aurait de plus entraîné l’abattage massif d’arbres. D’autres points achoppaient également, dont le positionnement des débarcadères. À la suite du refus d’un premier plan, les représentants de la CSP et de la municipalité se sont rencontrés à plusieurs occasions au cours des dernières semaines afin d’accoucher d’une solution répondant aux attentes et respectant les contraintes des deux parties.

«Nous sommes très heureux de l’issue des dernières rencontres avec la CSP, a déclaré le maire Yves Corriveau. Mont-Saint-Hilaire offre un milieu de vie unique au Québec, qui allie urbanité et nature. Le concept d’école que nous propose la CSP est pleinement aligné sur cette réalité. Notre école sera unique, et je suis convaincu qu’elle sera un modèle que plusieurs auront envie de suivre.»

«Cette entente ne constitue pas la fin du travail, ajoute pour sa part la présidente de la CSP, Hélène Roberge. Nous sommes déjà en train de planifier notre échéancier, qui prévoit la conception des plans et devis, les appels d’offres et la réalisation des travaux. Nous allons construire une école inspirante qui offrira un milieu chaleureux et dynamique pour nos élèves et le personnel.»

On envisage également d’employer plusieurs caractéristiques cadrant avec le développement durable, dont la géothermie et la biorétention. La Ville et la CSP devraient présenter conjointement le projet d’école aux citoyens en avril. La nouvelle institution devrait accueillir ses premiers élèves à la rentrée scolaire 2019-2020.

image