24 octobre 2018
Concentrer les efforts
Par: Vincent Guilbault
Vincent Guilbault

Vincent Guilbault

On va juste clarifier une chose avec le déménagement du IGA à Mont-Saint-Hilaire: le choix de l’emplacement ne nous regarde pas.

Je nuance. Si la Famille Pepin veut déménager son épicerie dans un nouveau projet commercial qui ne respecte pas les usages actuels du terrain, nous avons le droit de nous opposer. La Ville peut nous le proposer et nous avons le droit, comme résidents, de ne pas être d’accord.
Ceci étant dit, c’est la limite du pouvoir citoyen. Oui ou non. Après ça, ça regarde la Famille Pepin. Va falloir comprendre ce détail.
Parce que ça ne sert à rien de multiplier les suggestions et les propositions pour l’épicerie:
«On devrait la déplacer dans le local de Telus!»
«On devrait la laisser où il est.»
«Mieux, je pense que ça serait pertinent de l’envoyer dans la gare. Vous savez, c’est un bon endroit pour une épicerie la gare, ça va attirer d’autres commerces.»
Arrêtez! Ça ne fonctionne pas comme ça. Ce n’est pas un projet de la Ville, ce n’est pas un nouvel aréna ou un nouvel hôtel de ville. On parle ici d’un entrepreneur qui veut implanter son épicerie où il veut. S’il respecte les normes, les usages, le zonage et tous les autres règlements municipaux, go, il y va. S’il ne respecte pas tout, et bien, à nous de voir si la proposition nous intéresse. Notre pouvoir s’arrête là. Arrêtons de proposer d’autres projets et réglons celui qui est sur la table.
Maintenant, si la Ville veut attirer une épicerie dans l’aire TOD, elle pourrait par exemple s’entendre avec les promoteurs pour offrir des incitatifs financiers à un potentiel épicier.
Si une Ville veut attirer des familles sur son territoire, elle va proposer des exemptions de taxes pour la construction de nouvelles maisons, offrir gratuitement les couches, bâtir des parcs, etc. Mais elle ne va pas construire elle-même les maisons et les remplir de familles.
Concentrons nos efforts; nous avons une proposition sur la table. Nous pouvons collectivement avancer des idées et des propositions pour améliorer le projet, comme l’administration municipale le propose pour le moment. Encore une fois, on veut entendre les citoyens sur l’aménagement du projet.
Une autre nuance aussi que j’aimerais apporter: à peu près tous les projets d’envergure ont des opposants, c’est tout à fait normal et sain. Surtout que des réponses se font toujours attendre dans le cas qui nous intéresse. Je pense entre autres aux impacts sur la circulation. Cela dit, on peut tout de même parler d’acceptabilité sociale pour un projet qui a des voix discordantes. Ce manque d’acceptabilité sociale, même avec une pétition de 1300 opposants, je n’y adhère pas encore. C’est un début de quelque chose, j’en conviens. Mais parler d’une fin de non-recevoir au sein de la population, ça me semble être une bouchée dure à avaler.
Ce n’est pas que je sois ou non en faveur du projet. C’est une question de diriger l’énergie au bon endroit.

image