10 juin 2021
Chevrolet Silverado High Country Turbodiesel : presque trop pour moi
Par: Marc Bouchard

Je ne suis pas un utilisateur traditionnel de camionnette pick-up. En gros, je ne remorque presque jamais, je transporte tout au plus 10 sacs de paillis pour le paysagement, et je n’ai pas de famille nombreuse à faire monter à bord. Bref, je n’ai absolument aucun besoin réel d’un camion. Mais j’adore les conduire. On se croirait sans limite quand on est à leur volant. Ce qui est tout à fait le cas du Chevrolet Silverado High Country muni du moteur Duramax diesel 3,0 litres que j’ai eu à l’essai durant quelques jours.

Publicité
Activer le son

Le moteur diesel, associé à une transmission automatique à 10 vitesses, développe 277 chevaux et, plus important encore pour le marché des camions, 460 livres-pieds de couple. On estime la consommation de ce moteur à environ 10,0 litres aux 100 kilomètres de moyenne. On dit même qu’il atteint 9,2 l aux 100 km sur autoroute.

Je dois avouer que je n’ai pas atteint ces données, et que mon essai était un peu plus élevé que cela. Mais, puisque nous sommes dans les aveux, je dois dire que j’utilisais le Silverado pour me permettre de parcourir quelques kilomètres en un minimum de temps à des vitesses proches des limites légales, et non pour optimiser la consommation de carburant. En résumé, j’ai eu le pied plus pesant que ne le dicte la logique.

La bonne nouvelle cependant, c’est que la puissance est délivrée en douceur et que le couple est perceptible, ce qui permet d’accélérer facilement chaque fois que nécessaire. Un bonus supplémentaire a été le bruit – ou l’absence de bruit – par rapport au traditionnel cliquetis du diesel.

Une cabine spectaculaire

Mon Silverado d’essai n’avait rien du véhicule de base. Le High Country, c’est le haut de gamme des cabines multiplaces à quatre roues motrices. Vous aurez donc compris que son prix d’achat, dont la base est estimée à un peu plus de 73 000 $, n’est pas exactement à la portée de toutes les bourses. Précisons quand même que les versions sans diesel coûtent environ 5000 $ de moins.

Pour ce prix cependant, vous avez en main un camion spectaculaire. Au niveau de la puissance d’abord, comme on l’a vu précédemment. Mais au niveau de la finition et du confort aussi. Car on est bien loin du petit modèle dénudé de camionnette réservée au travail. Ici, pensez plutôt esthétique recherchée, finition soignée et accessoires abondants.

Du nombre, on peut se permettre une courte énumération : siège électrique et chauffant, climatisation bi-zone, ensemble remorquage, différentiel arrière à blocage automatique, centre d’infodivertissement amélioré avec Apple CarPlay et Android Auto. Il faut évidemment y ajouter une longue liste d’options de sécurité comme le régulateur de vitesse adaptatif et le système de surveillance des angles morts.

Certains détails sont aussi remarquablement intéressants. Pour un conducteur de ma taille (et je parle ici de hauteur), la présence de marchepieds électriques et de poignées bien placées facilite largement l’accès à bord.

La présence, aussi, du hayon multifonction de GM donne un accès plus simple à l’espace de chargement. En gros, ce hayon, électrique, se divise en deux parties et se transforme en escalier pour se hisser à bord sans hésitation. Un gros avantage.

Plus que le confort

Une camionnette du genre, on l’aime pour le style et le confort, mais on ne déteste pas non plus ses capacités hors du commun. Le Chevrolet Silverado diesel n’y échappe pas. Ainsi, avec son moteur Duramax, vous obtenez une capacité de remorquage maximale de 9000 livres environ. La charge utile maximale est de 2250 livres, dans une boîte de chargement de 6,6 pieds. Bref, le Silverado diesel a beau n’avoir qu’un 6 cylindres, il travaille presque aussi fort que les gros V8 de la catégorie, consommation en moins.

Le mélange de puissance et d’économie de carburant, maintenant offert dans un ensemble presque effrayant et silencieux, est difficile à battre. Le groupe motopropulseur diesel est naturel pour cette camionnette polyvalente. Il peut remorquer et travailler dans une grande variété de tâches, tout en conservant un habitacle qui ne cède en rien à celui d’une berline classique en matière de confort ou de technologie moderne.

Je n’ai pas besoin d’un camion de cette taille. Mais je m’y habituerais quand même!

image