3 mai 2019
Charles Jourdain débarque dans les ligues majeures
Par: Denis Bélanger

Charles Jourdain disputera son 11e combat professionnel le 18 mai. À l’exception de sa seule défaite par décision, il n’a jamais atteint la limite dans les autres affrontements. Photothèque | L’Œil Régional ©

Une expression dit que le train ne passera pas deux fois. Elle a été prise au pied de la lettre par le combattant ultime de Belœil Charles Jourdain (9-1), qui a accepté la semaine dernière de joindre les rangs de l’Ultimate Fighting Championship (UFC), la plus prestigieuse organisation d’arts martiaux mixtes au monde. Le jeune homme de 23 ans fera ses débuts dans un octogone de l’UFC le 18 mai à Rochester dans l’État de New York contre Des Green (22-8-0), à 155 lb.

On sait que l’UFC, le partenaire de l’organisation TKO MMA qui détenait jusqu’à tout récemment les droits de promotion de Jourdain, le surveillait attentivement depuis un bon moment. Mais la nouvelle surprend en raison de son timing. Charles Jourdain, le champion de TKO à 144 lb, s’est battu il y a moins d’un mois, le 11 avril, contre Damien Lapilus (17-12-1). Le Belœillois y avait fait ses débuts chez les 155 lb pour mettre la main sur le titre intérimaire de la division de poids. Après le choc, Jourdain avait déclaré qu’il redescendrait à son poids normal et prendrait une bonne pause pour se ressourcer. Comme quoi il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée.

« J’ai décidé de repousser ma pause. Après le combat, je veux prendre le temps de me ressourcer. Je souffre de quelques bobos depuis mon dernier combat. Mais le combat contre Des Green, c’est un do or die. Je dois le faire maintenant, car la chance ne se représentera peut-être plus », a affirmé Jourdain.

Même le promoteur de TKO, Stéphane Patry, avait laissé entendre dans la semaine précédant le dernier combat de Jourdain qu’un saut éventuel à l’UFC se ferait plus vers la fin de l’année. Il restait à Charles Jourdain un combat à son contrat, excluant le duel du 11 avril, et Patry aurait aimé voir son combattant défendre au moins une fois sa ceinture. Mais après avoir reçu l’appel de l’UFC et discuté avec Charles Jourdain, il a décidé de l’accommoder et de le libérer de son contrat. « Si je n’avais pas pensé qu’il était capable de battre Green, je n’aurais jamais dit oui », a ajouté le promoteur. Ce dernier croit que le style spectaculaire de Jourdain pourrait lui permettre de gravir les échelons rapidement dans les majeures et obtenir un combat de championnat dès 2020.

Charles Jourdain s’amène sur la carte du 18 mai en tant que remplaçant, avec un contrat de quatre combats en poche. Le suivant sera à 145 lb. De plus, l’entente pourrait lui permettre d’obtenir, en incluant les bonis, jusqu’à 350 000 $.

Le prochain rival de Charles Jourdain, Des Green, en sera à une septième sortie dans l’octogone et a une fiche de 500 à l’UFC. Il a gagné son plus récent combat le 30 mars dernier. L’arbitre a arrêté le combat à mi-chemin du premier round alors que Green malmenait son adversaire qui était acculé sur la clôture.

Une nouvelle qui change tout
Charles Jourdain était détendu dans sa chambre en train de visionner un épisode de Game of Thrones lorsqu’il a reçu un message texte de son promoteur. « Il me dit que c’est urgent et que je dois l’appeler. Je me disais qu’en ce moment, il n’y avait rien de plus urgent que Game of Thrones. Il me demande si je veux Des Green à 145 lb. Je dis oui. Stéphane Patry me rappelle pour me dire que le matchmaker s’est trompé et que le combat était à 155 lb. Je finis par dire oui. »

Comme tout jeunot qui commence à pratiquer un sport, Jourdain rêvait à l’UFC, sans trop de grandes attentes. Ses perspectives de carrière ont changé tout récemment. « Quand j’ai tenu la ceinture de champion des 145 lb en décembre, après l’avoir obtenu des mains d’Alex Morgan, je me suis dit que je voulais devenir champion de l’UFC. »

Jourdain est passé la semaine dernière par une gamme d’émotions. « Je ne savais pas si je voulais rire ou pleurer quand j’ai su la nouvelle. J’étais triste de dire au revoir à TKO et à une partie de ma carrière. J’imaginais aussi les pires scénarios, mais en même temps, j’ai toujours mieux performé quand j’étais sous pression. »

Son entraîneur de longue date, Éric Bertrand du Prostar de Mont-Saint-Hilaire, était également heureux de la nouvelle. « Je ne m’attendais pas à ça. On savait que ça s’en venait, mais on ne s’enlignait pas pour l’UFC immédiatement. C’est arrivé comme un cheveu sur la soupe et je suis tombé en bas de ma chaise. Je suis vraiment content. »

 

image