19 septembre 2020
McMasterville
Changement de plan pour le passage à niveau du futur quartier MC2
Par: Denis Bélanger

La Municipalité de McMasterville souhaite apporter une modification majeure au projet de développement du futur quartier MC2, situé dans les environs de la gare. Une demande a été formulée auprès du ministère des Transports du Québec pour déplacer le passage à niveau projeté au rang des Trente à Saint-Basile-le-Grand.

Publicité
Activer le son

Dans le programme particulier d’urbanisme de la gare adopté il y a quelques années, la Municipalité a prévu d’installer un passage à niveau sur la 116, à la hauteur de la rue W.-McMaster pour relier ce quartier au boulevard Sir-Wilfrid-Laurier. Mais l’endroit choisi pose des problèmes techniques importants.

« Le dénivelé entre la route 116 et la voie ferrée est très grand. Ils doivent être au même niveau, selon les exigences de Transport Canada. Il aurait fallu rehausser la route 116 sur une longue distance. Ça aurait engendré des coûts astronomiques, explique le maire Martin Dulac. Nous avons confiance que notre demande sera bien entendue. Nous n’avons toutefois pas d’échéancier. Ça avance à un rythme qui correspond au nombre d’intervenants impliqués. »

Une étude de sécurité et de circulation préparée par l’ingénieur Félix Soto et approuvée par Stéphane Tremblay de la firme Norda Stelo recommande de relier le nouveau quartier à la 116 par le passage à niveau existant au rang des Trente à Saint-Basile-le-Grand. De plus, la Municipalité souhaite avoir la possibilité de réaliser un tunnel ou autre accès pour les déplacements de la rue W.-McMaster.

Feu vert à la construction

Les élus ont fait la demande par le biais d’une résolution adoptée lors de la séance ordinaire du conseil du mois d’août. Les élus ont aussi profité de l’occasion pour donner leur accord de construire 775 unités de logement avant que le quartier ne soit connecté au boulevard Sir-Wilfrid-Laurier. Ce nombre pourrait être revu à la hausse lorsque 500 unités seront occupées. Pour assurer une circulation fluide, l’étude en vient aussi à la suggestion de reprogrammer les feux de circulation des intersections Bernard-Pilon—116 et Bernard-Pilon—Richelieu.

« Les études ont montré qu’il n’y aurait pas d’embouteillage majeur. Évidemment, il n’y a pas encore eu de demande de permis. La balle est dans le camp du promoteur », renchérit M. Dulac.

Les principaux administrateurs de l’entreprise derrière le quartier MC2 sont Serge Gariépy, Min Ying Yu et Luc Poirier, qui a fait souvent la manchette dans les médias pour divers projets ambitieux.

Dans les cartons depuis des années

McMasterville travaille depuis des années sur le développement du projet de type TOD (Transit-Oriented Development), un type de quartier aménagé pour favoriser les transports collectifs et actifs, sur les anciens terrains de l’entreprise CIL (Canadian Industries Limited).

De vastes consultations publiques avaient été tenues, notamment en 2016. C’est à ce moment que la Ville avait révélé son intention de dévier la trajectoire de la rue Richelieu (223) pour l’éloigner de la rivière Richelieu et de la faire traverser dans le futur développement résidentiel. Le maire Martin Dulac a confirmé dernièrement que c’était toujours dans les plans. Il a toujours été annoncé que le projet contiendrait 1200 unités de logement.

image