25 octobre 2017
Centre de la nature: L’arrêt du ski de fond provoque la grogne
Par: Denis Bélanger

Vincent Bissonnette et sa famille pratiquant le ski de fond. Photo: Gracieuseté

La décision de la Réserve naturelle Gault de l’Université McGill d’interdire le ski de fond au Centre de la nature de Mont-Saint-Hilaire a suscité de vives réactions de gens mécontents de la nouvelle.

Ils ont été nombreux à partager leur désaccord sur les médias sociaux ou par voie de lettre d’opinion à la suite de l’article publié dans nos pages la semaine dernière. Vincent Bissonnette, un passionné de ski fond qui avait critiqué ouvertement la décision dans le reportage, a décidé d’aller de l’avant avec l’idée d’instiguer une pétition. D’ailleurs, plusieurs lecteurs avaient contacté L’Œil Régional pour communiquer avec M. Bissonnette et ainsi signer la pétition. Lancée en ligne jeudi dernier au www.mesopinions.com/petition/sports/signature-garder-reseau-ski-fond-centre, la pétition a recueilli une centaine de signatures. Notons que certaines signatures étaient anonymes.
«Même s’il ne comporte que 8 km de piste, le réseau est considéré comme étant un des plus beaux au Québec, peut-on lire sur le texte de la pétition. Ça fait plus de 30 ans qu’il y a du ski de fond à la Montagne! Qui sait, peut-être que dans quelques années, ils interdiront la marche en montagne pour conserver la nature.»
Ayant interdit le ski de fond, mais pas la raquette, pour des fins de conservation, la direction de la Réserve naturelle Gault a apporté d’autres explications pour justifier sa décision, dont le facteur météo. «Les conditions climatiques ne permettent plus d’offrir un service adéquat aux usagers, le manque de précipitation de neige et la variation de la température en hiver diminuent le nombre de jours de ski de fond, a-t-on écrit sur la page Facebook de la réserve. Cette décision permettra aux sentiers Bleu et Mauve de rester ouverts pendant toute l’année, augmentant le réseau de sentiers pédestres par 6 km en période hivernale.»
Rappelons que le Centre de la nature accueille dans les alentours de 350 000 visiteurs. «Nous sommes actuellement dans l’analyse de l’état du réseau de sentiers sur l’ensemble de la réserve, et cette étude a provoqué une réflexion sur l’aménagement durable de ce réseau et un repositionnement de l’offre de sentiers pour le public. L’activité particulière du ski de fond demande des aménagements beaucoup plus importants que la randonnée pédestre par le dégagement, les pentes, etc», ajoutent les responsables de la Réserve par la voie des médias sociaux.
La directrice de la Réserve, Virginie Millien, tiendra une séance d’échanges avec les skieurs le 4 novembre à 10h au Pavillon Alice Johannsen. Mme Millien préfère un contact direct avec les gens pour bien leur expliquer la situation et évacuer toute incompréhension. «Nous avons reçu plusieurs réactions. Certains ne comprennent pas. D’autres sont en accord avec nous. D’ailleurs, nous avons reçu plusieurs commentaires positifs.»

image