15 octobre 2016
CaSA: contrôler la consommation électrique sans perdre de confort
Par: L'Oeil Régional
Martin Fassier et Patrick Pépin posent avec un prototype du Triton.

Martin Fassier et Patrick Pépin posent avec un prototype du Triton.

TECHNOLOGIE. Deux ans après avoir lancé son thermostat wifi destiné à gérer les plinthes chauffantes, l’entreprise beloeilloise CaSA travaille maintenant avec Giant, le plus grand manufacturier de chauffe-eau au pays, sur la commercialisation d’un chauffe-eau connecté.

TECHNOLOGIE. Deux ans après avoir lancé son thermostat wifi destiné à gérer les plinthes chauffantes, l’entreprise beloeilloise CaSA travaille maintenant avec Giant, le plus grand manufacturier de chauffe-eau au pays, sur la commercialisation d’un chauffe-eau connecté.  

Avec son produit, l’entreprise permettra au consommateur de contrôler la température du chauffe-eau et de réduire le stress sur le réseau électrique.

«La majorité des alternatives sur le marché ont le même problème. D’un côté, il y a les chinoiseries sans nom et de l’autre, il y a des équipements de qualité qui amènent tous le même problème: ils ne surveillent pas la température de l’eau, car ils ne peuvent pas s’installer sur le chauffe-eau. C’est pour ça que nous travaillons directement avec le manufacturier», explique Martin Fassier, président de CaSA.

Avec l’arrivée prévue de Triton pendant le deuxième trimestre de 2017, l’entreprise aura développé des solutions pour les deux plus grands énergivores de la facture d’électricité, sans affecter le bien-être des usagers. 

Un thermostat déjà sur le marché

L’application de CaSA permet aux utilisateurs d’être proactifs en ajustant quelques paramètres à partir de leur téléphone. Ainsi, ils peuvent être plus agressifs avec la non-consommation.

«Par exemple, j’ai programmé mes thermostats Caléo pour chauffer de 9 h à 17 h samedi et dimanche avant de partir à Québec. Si ma femme et mes enfants décident de venir me rejoindre, je prends mon téléphone et je me mets en mode  »away ». Je n’ai donc pas chauffé durant cette période, car il n’y avait personne à la maison. L’application permet de réagir», illustre Patrick Pépin, chef des opérations de l’entreprise.

Actuellement, le plus grand parc d’exploitation de Caléo se situe en Ontario. La compagnie a également un projet-pilote avec BC Hydro et travaille avec différents partenaires dans les Maritimes et aux États-Unis.

«L’idée est que CaSA est un  »broker ». Nous accumulons et protégeons les données pour les rendre à l’usager. Les données leur appartiennent toutes, elles ne sont jamais vendues ou louées», dit Martin Fassier.

CaSA s’attend à vendre son produit Triton à un prix similaire que le Caléo, soit autour de 130$. Pour ce qui est du retour sur l’investissement pour l’acheteur, il est plus important lorsque la tarification se fait en fonction de l’heure de la consommation.

«C’est un produit dont le retour sur l’investissement varie. Au Québec, je ne promettrai jamais à un client qu’il va faire son argent, ce serait mentir. Nous payons 0.08$ du kilowatt-heure en tout temps. En Ontario, le retour sur l’investissement se fait en 3-4 mois», calcule-t-il.

image