2 septembre 2020
Libre expression au MBAMSH
Carte blanche au RAP
Par: Olivier Dénommée
L’exposition Libre expression, présentée jusqu’au 4 octobre au Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire, est une façon privilégiée d’« entrer dans l’univers de chaque artiste » qui y a participé, estime la directrice générale du musée, Chantal Millette. C’est aussi une belle façon de se rappeler que le talent ne manque pas à Mont-Saint-Hilaire.
Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

L’exposition Libre expression, présentée jusqu’au 4 octobre au Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire, est une façon privilégiée d’« entrer dans l’univers de chaque artiste » qui y a participé, estime la directrice générale du musée, Chantal Millette. C’est aussi une belle façon de se rappeler que le talent ne manque pas à Mont-Saint-Hilaire. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Comme le Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire (MBAMSH) et le Regroupement des artistes professionnels de Mont-Saint-Hilaire (RAP) célèbrent tous deux leurs 25 années d’existence, il était naturel pour eux de collaborer pour créer l’exposition Libre expression, où 13 artistes membres du regroupement ont laissé libre cours à leur imagination.

Publicité
Activer le son

Treize artistes de Mont-Saint-Hilaire (Guy Beauchemin, Gisèle Boisvert, Réal Calder, Julie Cormier, Alain Dionne, Chantal Emond, Jocelyn Fiset, Robert Hébert, André Michel, Véronique Naurais, Richard Paquette, Jean-Louis Slezak et Joëlle Tremblay), treize approches différentes face à l’art. De l’avis d’André Michel, artiste et président du RAP, Libre expression se veut une occasion pour les membres du regroupement d’« exprimer ce qu’ils ont à dire sur les murs du musée », sans avoir la contrainte d’un thème. « Cela donne des œuvres hétéroclites, mais on peut trouver un filon commun dans certaines œuvres si on lit les vignettes, dont certaines qui sont très politisées », prévient-il. Dans cette exposition, on retrouve beaucoup de peintures, mais aussi de la photo et de la sculpture, montrant toute la richesse du talent qui se trouve à Mont-Saint-Hilaire.
La majorité des œuvres présentées dans l’exposition sont des créations récentes. Le défi principal pour Chantal Millette, directrice générale du musée et commissaire de l’exposition, était de disposer les œuvres de façon harmonieuse malgré les approches complètement différentes de chaque artiste participant. « Ça s’est finalement bien passé et les gens qui ont visité l’exposition ont été enchantés de pouvoir entrer comme ça dans l’univers de ces artistes qui vivent à Mont-Saint-Hilaire. En ce moment, ce sont surtout les locaux qui viennent au musée, signe que les gens d’ici sont mobilisés par cette exposition. » Elle remarque aussi que, malgré les craintes toujours bien présentes causées par la COVID-19, les gens se sentent généralement en confiance de se rendre au MBAMSH qui a pris toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des lieux et des visiteurs.
Les curieux sont donc invités jusqu’au 4 octobre à visiter l’exposition Libre expression du RAP, mais aussi à se procurer le catalogue de l’exposition, relatant au passage « la véridique histoire du Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire » ainsi que celle du RAP et leurs réalisations au fil des ans.

image