27 mai 2021
Buick Envision : sobre personnalité
Par: Marc Bouchard

Il est joli, on ne peut le nier. Surtout que, face au véhicule de première génération, il s’est considérablement modernisé. La réalité cependant, c’est que le Buick Envision n’est pas exactement le plus excitant des VUS de luxe sur le marché. Il a de grandes qualités, mais rien qui ne le distingue réellement de la masse.

Publicité
Activer le son

Malgré tout, on peut parler d’une évolution réussie. L’ancienne formule n’avait que peu de choses séduisantes en matière de style. Elle avait connu un fort succès en Chine – on le sait, les Chinois sont entichés de Buick –, mais n’avait pas réussi à percer notre marché. Il est, pour la petite histoire, le premier véhicule assemblé en Chine et vendu ici. Il y a été développé et continue d’y être fabriqué.

Cette fois, on espère bien faire mieux avec une allure nettement plus dynamique, une plateforme réussie et une motorisation revue. Mais ne cherchez pas de grandes innovations sous le capot. Le moteur est nouveau. Il s’agit d’un nouveau 4 cylindres turbocompressé de 2,0 litres qui développe une puissance de 228 chevaux et produit un couple de 258 livres-pied.

Précisons-le tout de suite, c’est le seul moteur disponible, peu importe la version retenue. C’est aussi un moteur plus puissant que l’ancien par une trentaine de chevaux. Il s’agit aussi d’un quasi-jumeau du moteur du Cadillac XT4. Bref, une motorisation connue qui, sans être spectaculaire, est largement suffisante pour plaire aux amateurs de Buick.

Même si on aurait aimé, peut-être, un choix de moteur selon la version, on ne peut se plaindre de ce véhicule et de la nervosité de ses accélérations. Le moteur bougonne un peu en accélération vive, mais il réussit quand même à atteindre son but. Non, les dépassements ne se font pas à la vitesse du son, mais ils sont largement suffisants pour le conducteur de ce type de véhicule.

La direction est un peu surassistée, ce qui est le propre des véhicules dont la mission principale est le confort. Dans l’ensemble cependant, le Buick Envision procure une conduite correcte, sans surprise et sans désagrément.

L’habitacle est aussi un lieu agréable pour séjourner. L’espace y est intéressant, bien que similaire à celui du Encore GX pourtant plus petit en empattement. Le dégagement pour les jambes à l’arrière est sans reproche, et deux occupants pourront y prendre place avec grâce et aisance. Techniquement, une troisième place est disponible en deuxième rangée aussi, mais il faut bien avouer que les trois passagers arrière risquent de trouver la randonnée un peu exigeante.

Un bon mot pour le système d’infodivertissement qui, sans être le plus complet et le plus simple du monde, n’exige quand même pas de diplôme d’ingénierie pour être manié. Surtout, pas besoin de constamment avoir les yeux rivés sur son écran puisque de nombreux boutons physiques permettent un contrôle serré.

Certains éléments sont toutefois un peu déstabilisants. Ainsi, les cadrans apparaissent comme un peu vieillots. Et les matériaux ne sont pas toujours aussi raffinés qu’on le souhaiterait. Quoique, rappelons-le, Buick est le milieu de gamme de GM. Notre modèle d’essai, en revanche, était la version Avenir, la plus haut de gamme, et on se serait attendu à un peu plus.

La conduite de cet ensemble est correcte, l’assemblage précis et sans reproche. Mais il manque un petit quelque chose à ce véhicule pour vraiment se démarquer. Oui, il a du style. Et son châssis solide lui permet une manœuvre agréable.

Mais les quelques jours passés à son volant ont constamment soulevé la même question : pourquoi me tournerais-je vers un Buick Envision plutôt, par exemple, qu’un Acura RDX? Ou, pour rester dans la même famille, qu’un Cadillac XT4?

Son prix, 38 000 $ de base, peut être un incitatif. La réputation de Buick, et son luxe relatif, font aussi partie de l’équation. En matière de conduite cependant, il égale la compétition certes, mais ne la distance d’aucune façon.

On peut donc le dire, le Buick Envision est un bon véhicule, offrant confort et silence de roulement. Il lui manque simplement le petit quelque chose qui le rendrait différent. Ce petit quelque chose que l’on retrouve, par exemple, sur le plus petit Buick Encore GX, mais que le Envision ne parvient pas à mettre de l’avant.

image