24 juin 2015
Boxe et le grand public font deux
Par: Denis Bélanger
David Lemieux.

David Lemieux.

Les récents chiffres font réfléchir. Le combat de samedi soir ayant opposé David Lemieux à Hassan N’Dam pour le titre vacant IBF des poids moyens a attiré moins de 5000 personnes. Une foule décevante aux yeux de plusieurs observateurs.

À première vue, il y a de quoi à se poser des questions. Lemieux roule sa bosse depuis un fort moment et attirait déjà les projecteurs des médias traditionnels. En plus, il a un style explosif et spectaculaire.  Mais, il n’est pas si connu que ça du grand public. La directrice de la Cage aux Sports de Mont-Saint-Hilaire m’a dit que le combat de samedi n’avait pas été aussi couru que d’autres duels de Jean Pascal et Adonis Stevenson. 

Il ne faut pas oublier. Quand il y a plus de 10 000 personnes au Centre Bell, nous n’avons pas affaire qu’à une foule de connaisseurs et d’initiés.  L’amateur moyen et le grand public sont au rendez-vous. Et attirer le grand public, ça prend un talent de «vendeur».

Depuis 2012, seulement trois galas ont dépassé le cap des 10 000 spectateurs.  Lucian Bute a affronté Denis Grachev devant un peu plus de 10 000 personnes en novembre 2012 alors qu’aucun titre majeur n’était en jeu.  Jean Pascal et Bute ont attiré 20 000 pour leur affrontement en janvier 2014. Puis environ 12 000 ont franchi les tourniquets pour voir Sergey Kovalev défendre ses trois titres mondiaux contre Jean Pascal.

Vous avez compris. Adonis Stevenson, qui est pourtant champion linéaire des mi-lourds n’a pas encore atteint le cap des 10 000 en six combats de championnat du monde.  C’est contre Tavoris Cloud qu’il s’en est le plus approché (9000).

L’image d’Adonis a souffert depuis la publication du reportage de La Presse relatant de fond en comble son passé criminel. Depuis ce temps, Adonis se fait plus discret au Québec que Jean Pascal. Mais le dernier combat de Stevenson contre Bika, à Québec, le samedi de Pâques, le même jour que la venue des Jays au Stade, a eu autant de succès au guichet que Lemieux-N’Dam. Et pourtant, j’étais beaucoup plus excité à voir le combat de Lemieux que celui d’Adonis.

Quel est le dénominateur commun des trois derniers combats ayant attiré le plus de gens? InterBox était promoteur pour les trois événements. Rappelons qu’InterBox, c’est Sportscene qui gère la chaîne de restaurant La Cage aux Sports.  Jean Bédard exploite une image de marque depuis des années et a pu mettre à profit ses expertises de marketing pour la boxe. GYM et Eye of the Tiger Management n’ont pas le même profil.

En mars 2011, Lucian Bute a défendu son titre devant 12 000 personnes contre Brian Magee, un combat bien moins important que celui entre Kovalev et Pascal. Mais InterBox a su bien gérer l’image du Tombeur. Bédard va faire la même chose maintenant avec Pascal.

 

Est-ce que Eye of the Tiger Management et Golden Boy pourront faire de David Lemieux un succès au guichet?

Je suis convaincu qu’un combat entre Lemieux et Golovkin cet automne dépasserait de peine et de misère le cap des 10 000. Le puissant cogneur du Kazakhstan a beau être considéré comme l’un des meilleurs boxeurs livre pour livre, il n’est pas très connu. Il y a un an, je discutais avec un entraîneur de boxe olympique de Longueuil et il ne connaissait même pas GGG.

GYM a su faire des galas à plus de 10 000 sans l’aide d’InterBox, mais c’était pour les combats de Jean Pascal contre Bernard Hopkins, un monument de la boxe.  

Miguel Cotto, un gros nom de la boxe, attirerait assurément les masses au Centre Bell pour un combat d’unification contre David Lemieux.

Adonis Stevenson dépassera le cap des 10 000 quand il se mesurera à Pascal ou Kovalev. Un combat contre Bute serait selon mois aussi vendeur pour le grand public.

 

Bonne fête nationale.

image