2 octobre 2018
Borduas choisit Simon Jolin-Barrette
Par: Karine Guillet
Simon Jolin-Barrette. photo:YannCanno.com

Simon Jolin-Barrette. photo:YannCanno.com

Les électeurs de Borduas ont donné un appui massif au député sortant Simon Jolin-Barrette, qui a remporté la circonscription avec une majorité fracassante de 11 412 voix sur son plus proche rival, Cédric Gagnon-Ducharme, du Parti québécois.

Le député de la Coalition avenir Québec pouvait difficilement imaginer dénouement plus heureux, alors que sa formation formera un gouvernement majoritaire. L’appui massif des électeurs à sa formation politique témoigne d’un message clair pour le changement, croit-il: «Avec 74 députés, c’est la révolution la plus complète. Au cours des 50 dernières années, on a été gouvernés à la fois par le Parti libéral et le Parti québécois. Les gens ont décidé de faire confiance à une nouvelle équipe, compétente. On a beaucoup de travail [à faire], beaucoup de pression pour livrer ce à quoi on s’est engagés et on a toute l’équipe pour le faire. J’ai confiance qu’on va réussir à le faire.»
Le député s’est aussi dit heureux pour la circonscription, qui ne s’était pas retrouvée avec un député issu d’un gouvernement majoritaire depuis 2003. «C’est stimulant parce qu’on va pouvoir réaliser plein de choses dans la circonscription», croit-il.

Deuxième mandat
Il s’agit d’un second mandat pour M. Jolin-Barrette, qui avait été élu avec une faible majorité de 99 voix en 2014. Quatre ans plus tard, les électeurs de Borduas lui ont accordé leur confiance dans une proportion de 47,7 %, devant Cédric Gagnon-Ducharme (21,4 %), la solidaire Annie Desharnais (15,7 %) et le libéral Martin Nichols (11,5 %). Le taux de participation a été de 76 %, une participation similaire à l’élection de 2014.
«Honnêtement, je suis ébahi, dit M. Jolin-Barrette. C’est un beau message d’amour. Je veux remercier les gens. Ça veut dire qu’ils ont apprécié la façon dont on a travaillé, positivement, sans partisanerie, pour l’intérêt des gens.»
Le député était satisfait de cette campagne électorale, qu’il dit avoir menée positivement, sans attaque. Il croit que l’appui massif des citoyens témoigne de leur approbation de cette façon de faire. Le député tenait tout de même à saluer le travail de ses adversaires. «Il faut leur lever notre chapeau parce qu’ils ont décidé de se présenter. C’est important de le faire, de défendre les idées des autres partis. Je pense que c’est très sain.»

D’autres responsabilités
De passage dans la région en fin de campagne, François Legault avait mentionné que Simon Jolin-Barrette serait appelé à jouer un rôle «important» au sein de son gouvernement, sans en préciser la nature. Le député s’est dit prêt à endosser de plus importantes responsabilités, même s’il n’a pas voulu s’avancer sur ce nouveau défi. «Je suis prêt à relever des défis et les mandats qu’il me confiera. On verra au cours des prochains jours ce que le nouveau premier ministre choisira de me confier. Mais je vais toujours travailler en premier pour les gens du comté, ici. Ma première allégeance est ici, pour les gens de Borduas.»
Simon Jolin-Barrette assure d’ailleurs qu’il sera au travail dès demain pour les gens de la circonscription. Devant ses militants, il a tenu à remercier son équipe au bureau de circonscription, sans qui il assure qu’il ne «pourrait pas se concentrer autant sur Québec». Il a aussi eu de bons mots pour sa conjointe, alors que la conciliation travail-famille n’est pas toujours facile.

 

image