3 février 2021
Bonnes intentions
Par: Vincent Guilbault

Vincent Guilbault

Nous aurons donc droit à une élection à Belœil en novembre prochain. Le conseiller indépendant Luc Cossette affrontera Diane Lavoie pour la mairie. Il se lance dans la course avec les meilleures intentions du monde. Mais il faudra plus que ça.

Publicité
Activer le son

Même s’il a enregistré son nom de parti, M. Cossette vogue seul pour l’instant. Il a annoncé ses couleurs pour espérer attirer les candidatures dans son équipe. Pour le reste, M. Cossette reste en surface pour le moment. Une plateforme à bâtir, certes, mais pas de propositions concrètes : rien sur le golf, rien sur le transport, l’environnement, la culture ou le développement économique, commercial ou résidentiel. Je comprends, une plateforme électorale, ça se bâtit. Mais on aurait pu s’attendre à une certaine vision : il faudra patienter.
Dans l’entrevue qu’il accorde à notre journaliste, M. Cossette propose surtout une approche, un style. Des mots comme « rassembler », « écouter », « collaborer ». « Donner aux citoyens un conseil qui leur ressemble; remettre les citoyens au cœur des décisions ».
Mais ces termes, nous pourrions très bien les accoler à son adversaire, Diane Lavoie. De plus, la mairesse qui a débuté en 2009 a bien changé. Après 12 ans à la barre de la Ville, Mme Lavoie est maintenant une politicienne d’expérience, beaucoup plus posée, qui préside la MRC de la Vallée-du-Richelieu et qui siège aussi à l’Union des municipalités du Québec. Et la décrire comme une personne déconnectée de la population, c’est une ligne que je ne serais pas prêt à franchir. Je dis ça sans parti pris.
Mme Lavoie a aussi un avantage; le même qu’elle avait en 2017 lorsqu’elle a gagné ses élections avec 58 % des votes : ça va bien à Belœil! Je ne dis pas que c’est parfait, mais la Ville croît et propose de nombreux services à sa population. Est-ce que je m’avance trop si je dis qu’il fait bon vivre à Belœil en général? Je disais ceci en 2017 : « La vérité bien froide et plate, c’est que le bilan de l’équipe Lavoie… n’a rien de catastrophique. On a beau avancer chiffre par-dessus chiffre par-dessus chiffre, les électeurs ont probablement accroché sur deux points. Ils voulaient une piscine; Lavoie en donnera une. Ils voulaient des résidences pour aînés : Lavoie aussi. C’est plus complexe que ça dans la réalité; mais en élections, c’est aussi simple que ça. Sinon, est-ce que ça va si mal à Belœil? »
Je crois qu’on peut appliquer la même analyse à 2021. Les passions soulevées par le débat sur le golf n’auront probablement pas raison de Mme Lavoie. M. Cossette devra donc frapper un coup de circuit pour tasser les élus en place. Pour rester dans l’analogie sportive, rappelons que, pour arracher la ceinture au champion, il ne faut pas faire aussi bien que lui, il faut faire mieux; il faut le vaincre. Et c’est possible.
Je souhaite que Luc Cossette monte une équipe et j’ai hâte d’entendre ses idées. Du sang neuf ne peut que faire du bien.

image