24 février 2017
Bon ou mauvais perdant?
Par: Denis Bélanger
Bon ou mauvais perdant?

Bon ou mauvais perdant?

On a bien beau dire que l’important c’est de donner le meilleur de soi-même, mais tout le monde déteste perdre. Aux Jeux du Québec, les déceptions sont nombreuses et certains réagissent avec plus de classe que d’autres. Il y a deux cas précis qui m’ont marqué.

La première anecdote est plus positive et elle s’est produite aux Jeux du Québec d’hiver de Drummondville en 2015. Un jeune patineur artistique de Sorel de la délégation de Richelieu-Yamaska croyait avoir fait une assez bonne performance pour décrocher une médaille.

Il a toutefois été l’un des premiers à passer dans sa catégorie et devait attendre péniblement que les autres complètent leur routine. Puis, au fil de la compétition, le jeune homme a été malheureusement exclu du podium. Je devais aller l’interviewer pour mes collègues de Sorel.

Je n’oublierai jamais son visage à ce moment-là. Il était déçu, et ça paraissait, le sourire n’était pas au rendez-vous. Le jeune homme n’a pas perdu son sang-froid et est demeuré lucide et poli dans ses commentaires. Il a quand même admis au terme de notre entretien qu’il pouvait s’estimer chanceux d’être aux Jeux du Québec et de pouvoir rencontrer de nouveaux amis.

Oui, l’adolescent s’en est sûrement remis, mais on avait tous le goût de le consoler. Tant d’efforts donnés pour juste passer proche du podium, il y a quelque chose de navrant là-dedans.

Un manque de classe

L’autre situation est plutôt gênante. Il faut remonter à l’été 2014 aux Jeux du Québec de l’agglomération de Longueuil. Au dernier jour de compétition, l’équipe masculine de soccer de la Rive-Sud a échappé le match de la médaille d’or et a dû se contenter du bronze. L’entraîneur de la Rive-Sud ne s’est pas montré bien fair-play quelques minutes après la fin de la partie. Il attribuait la responsabilité de la défaite aux arbitres. Je n’étais pas bien impressionné par ce type. «Calme-toi le grand, tu coaches des jeunes et tu te dois de montrer l’exemple», aurais-je bien voulu lui dire à l’époque.

Vous savez qui était cet entraîneur? Il s’agit de Mathieu Rufié, l’entraîneur de l’équipe U-14 de l’Académie de l’Impact qui a été congédié l’été dernier pour avoir tenu des propos racistes sur son Facebook pendant la finale de l’Euro. Il avait tenu des commentaires honteux à l’endroit du Portugal qui avait battu la France au match ultime.

Bel intelligent. Si jamais vous voyez ce genre de comportement durant les Jeux, n’hésitez pas à dénoncer.

image