10 mai 2018
Belœil veut dresser un meilleur portrait de son offre commerciale
Par: Karine Guillet

L’arrivée d’une grande surface à Belœil, comme Winners, était attendue depuis longtemps. Photo: Facebook

Belœil a la cote auprès des entreprises. La municipalité a accueilli l’an dernier 38 nouveaux commerces sur son territoire. Depuis les dernières années, la Ville redouble d’efforts pour avoir un meilleur portrait de la situation commerciale.

En 2017, la valeur des permis de construction commerciale a d’ailleurs bondi de 162 % à la Ville, alors que 15,6 M$ ont été injectés dans ce secteur. L’année 2018 s’annonce déjà tout aussi fructueuse alors que la valeur des travaux pour des projets commerciaux atteignait 30,5 M$ pour les trois premiers mois de l’année.
En date du 31 juillet, on comptait 68 locaux vacants dans tous les secteurs de Belœil, selon les données recueillies par la municipalité, soit 7,9 % de l’ensemble des locaux.

Nouveaux locaux
Au total, la municipalité comptait 740 entreprises, dont 263 entreprises commerciales et 389 entreprises de services. L’offre de service s’est toutefois agrandie depuis juillet, alors que de nouveaux commerces ont ouvert leurs portes, comme le Winners, l’Équipeur, Ben & Florentine, Roccoco, Les Bons Moments ou le restaurant Galerie R. Un nouveau café de la chaîne Starbucks s’installera d’ici peu au coin du boulevard Yvon-L’heureux et de la rue Serge-Pepin.
«Au niveau économique, on a une forte lancée des commerces qui viennent s’implanter à Belœil, note la mairesse Diane Lavoie. On voit de nouvelles bannières que nous n’avions pas auparavant. […] On a beaucoup de commerces qui cherchent d’autres locaux pour s’agrandir.»
La bordure de l’autoroute fait d’ailleurs partie des secteurs les plus en effervescence, alors que la mairesse confirme qu’il y a beaucoup de projets sur la table à dessin du service de l’urbanisme pour ce secteur.
Elle souligne aussi que la revitalisation du boulevard Sir-Wilfrid-Laurier porte ses fruits lentement. À l’inverse, la Ville entend se pencher au cours des prochaines années sur la revitalisation de la rue Duvernay, un secteur problématique puisqu’il n’est pas convivial pour les piétons.

Portrait
La Ville a d’ailleurs beaucoup travaillé pour présenter un meilleur portrait de son offre commerciale, incluant les locaux vacants, depuis l’arrivée de la coordonnatrice au développement économique, Nadine Viau, il y a deux ans.
«On a souvent l’impression que la Ville est la première à recevoir les informations [d’un commerce qui souhaite s’implanter], mais on est souvent les derniers, explique la coordonnatrice. On essaie de prendre la vague à l’envers. Depuis deux ans, on travaille fort pour créer des données, pour être capable de bien comprendre ce qu’on a comme inventaire d’entreprise, la place qu’on a pour en accueillir de nouvelles et comment s’assurer que ce qui s’en vient est complémentaire à l’offre actuelle. C’est là qu’est l’enjeu au niveau de développement économique.» Si la Ville ne fait pas de recrutement d’entreprises, elle peut tout de même, à travers sa réglementation, créer des quartiers selon le type de commerces qu’elle souhaite voir s’établir. Mme Viau rappelle que la Ville doit toutefois s’assouplir aux nouvelles entreprises sans pour autant perdre sa vision d’ensemble. Elle doit de plus travailler de pair avec les propriétaires, alors que 70 % des entreprises de son territoire sont locataires. C’est là que la Ville travaille à faire valoir aux entreprises les avantages d’impliquer la municipalité dès le début de la démarche auprès des propriétaires. Belœil souhaite d’ailleurs développer une liste accessible à tous des locaux vacants sur son territoire.

Meilleures références
Déjà, la Ville note une amélioration de ses relations avec les entreprises, alors que de plus en plus de gens d’affaires s’informent sur l’offre de Belœil. «On le voit déjà, les références sont meilleures pour Belœil, note Mme Viau. Les gens se parlent, et les promoteurs aussi. L’effort est reconnu et considéré, mais il y a encore place à l’amélioration.»
Dans une volonté de revoir sa planification et présenter sa volonté en matière de développement économique, la Ville a entrepris une série de huit cafés-rencontres avec les commerçants des différents secteurs de la ville. Ces rencontres servent aussi à prendre le pouls des commerçants. Mme Viau souligne également que le Ville souhaite déployer des efforts pour faire valoir l’achat local. n

image