9 février 2016
Belœil veut barrer la route aux gogo-boys
Par: L'Oeil Régional
Le Bistro Laurier souhaite organiser des événements  avec des gogo-boys.

Le Bistro Laurier souhaite organiser des événements avec des gogo-boys.

Le Bistro Laurier, dans le Vieux-Belœil, souhaite organiser à l’occasion des soirées thématiques avec des danseurs nus (gogo-boys) entre les murs de son établissement. Mais la Ville n’est pas chaude à l’idée et entend bloquer le projet avec l’application du règlement de zonage.

Le bar de la rue Laurier a déposé une demande auprès de Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec (RACJQ) pour obtenir une autorisation rattachée à son permis de bar d’organiser des spectacles avec nudité.

«On se fait demander des soirées avec des gogo-boys, des soirées sexy, des trucs comme ça, qu’on ne [peut] pas faire parce qu’on [a] pas le permis», indique la propriétaire du Bistro Laurier, Nadia Leblanc, qui ne ferme pas la porte non plus à l’organisation de «soirées sexy» pour les hommes.

Vers un bar de danseuses?  

Le permis d’alcool autorisant les spectacles avec nudité correspond à celui que détiennent les bars de danseuses.  

Mme Leblanc assure toutefois que le but n’est pas de changer la vocation de l’établissement. Elle veut organiser ses soirées thématiques à l’occasion, quelques fois par année.

Le conseiller municipal Réginald Gagnon demeure tout de même craintif qu’une autorisation pour des spectacles de nudité ouvre la porte à un bar de danseuses. «Je pense que c’est pas mal là qu’on s’en va quant à moi».

«Si on vous dit que c’est simplement à l’occasion des spectacles de gogo-boys, ce n’est pas ça qui va être marqué dans le permis. Ça va être marqué: autoriser spectacles de nudité», ajoute-t-il.

M. Gagnon s’oppose à la demande du Bistro Laurier puisqu’il juge que ce n’est pas le genre d’activités recherchées pour le Vieux-Beloeil. Selon lui, la clientèle sera «incompatible» avec celle des commerces autour et que ce ne sera pas «un beau mixte».

Réglementation municipale

Le projet de Mme Leblanc risque de frapper un mur avec la Ville de Belœil. La municipalité entend appliquer son règlement de zonage qui interdit l’implantation d’un établissement à caractère érotique dans le Vieux-Belœil.

«Notre règlement de zonage ne permet pas de spectacles avec nudité dans ce secteur», indique le porte-parole de la Ville, Louis-Jacques Pineault.

Mme Leblanc soutient toutefois ne pas avoir besoin de l’autorisation de la Ville, ni d’un changement au zonage. «Ce n’est pas un nouveau permis. Ce n’est qu’un ajout au permis. La vocation reste la même.»

Un avis public a été publié à la fin janvier dans les pages de L’Œil Régional qui informe que toute personne, société et association a la possibilité de s’opposer, dans les 30 jours suivants la publication de l’avis, à la demande du bar par  l’entremise de la RACJQ.

La Ville de Belœil signifiera à la Régie des alcools le zonage en vigueur dans le secteur. La RACJQ n’ira pas à l’encontre d’un règlement municipal, avise la porte-parole de la Régie, Me Joyce Tremblay.

image