11 juin 2015
Belœil sous les fèves
Par: L'Oeil Régional
Lysa et Nancy Macri sont les deux propriétaires d'Hydro Culture.

Lysa et Nancy Macri sont les deux propriétaires d'Hydro Culture.

Chaque semaine, Hydro Culture produit entre 60 000 et 80 000 livres de fèves germées sous le nom d'«Oriental Chop Suey».

Chaque semaine, Hydro Culture produit entre 60 000 et 80 000 livres de fèves germées sous le nom d'«Oriental Chop Suey».

ENTREPREUNERIAT. Plus de trois millions de livres. Voilà la quantité de fèves germées qui sort chaque année de l’entreprise Hydro Culture, installée à Belœil depuis 2014.

L’usine de la rue Henry-R-Gray, dans le parc industriel, est le producteur numéro un de fèves germées au Québec. Ce titre est le résultat du travail acharné de deux sœurs: Lysa et Nancy Macri.

Ces deux femmes sont devenues propriétaires, il y a 10 ans, de l’entreprise achetée par leur père, Vincent Macri, au début des années 1990. Hydro Culture a été fondée en 1982 par Réjean Laliberté.

À l’époque, l’entreprise d’environ trois employés d’Anjou comptait un petit volume de production de fèves germées. Vincent Macri ajoute alors d’autres produits à la germination. Hydro Culture a été par exemple la première au Québec à emballer des cœurs de laitue romaine, une production abandonnée par l’entreprise depuis quelques années.

«Personne n’en faisait à ce moment-là», raconte Lysa Macri, qui s’est jointe à la PME en 1996, trois ans avant l’arrivée de sa sœur Nancy.

Certification

Les deux entrepreneures ont pris un virage important en obtenant en 2014 une certification SQF niveau 2 sur la qualité des aliments. Hydro Culture, qui compte 19 employés, est le premier producteur de fèves germées certifié parmi les quatre producteurs au Québec.

Elles ont quitté leurs installations d’Anjou pour construire une nouvelle usine de même taille à Belœil afin de répondre aux normes de la certification et dans le but de conquérir presque la totalité du marché québécois des épiceries.

«On a tous les IGA du Québec, tous les Maxi et les Provigo du Québec. On a 90%  de tous les Metro et Super C du Québec», résume Lysa Macri.

Nombreuses sont les chaînes d’alimentation qui exigent ce type de certification à leurs fournisseurs.  

«Une certification c’est beaucoup, beaucoup d’argent, mais beaucoup d’efforts», soutient Lysa Macri. […] Ça demande d’être rigoureux. Il faut que tu changes ta façon de travailler.»

L’entreprise a dû se perfectionner à tous les niveaux et accomplir un an et demi de formation. «La certification c’est très exigeant», enrichit Nancy.

Les efforts ont porté leurs fruits. Hydro Culture a embauché cinq nouvelles personnes et son chiffre d’affaires a connu une progression de 25% en 2015.

Nouveaux marchés

L’expansion ne s’arrête par là pour les sœurs Macri. Elles développent de nouveaux produits comme Pousse Vert, une gamme de germinations. «Il y a un très gros marché et nous avons l’espace pour pouvoir le faire. Et puis, ça va créer d’autres emplois», indique Lysa Macri.

Actuellement, des pousses de tournesols sont disponibles dans deux chaînes d’alimentation. Pousses de brocolis, luzernes, luzernes radis et pois mange-tout prendront bientôt la route des tablettes d’épiceries.

Les deux propriétaires ont aussi créé, en 2003, la compagnie Les Produits Malyna qui offre des petits sacs collations. Leur gamme «Collection-Collation», dont le mélange est concocté chez Hydro-Culture, se vend auprès de commissions scolaires et de CPE.

Procédé de production de la fève germée

Étape 1: Les graines de haricots mungo arrivent d’Asie. Elles sont désinfectées.

Étape 2:Les haricots sont ensuite mis dans des cabines à la noirceur pour la germination. Durant cette période, ils sont arrosés huit fois par jour.

Étape 3:Après six jours, les fèves germées sortent des cabines et elles sont mises en boîtes ou en sacs.

Étape 4:La marchandise est refroidie avant d’être livrée. Chaque semaine, Hydro-Culture produit entre 60 000 et 80 000 livres de fèves germées. La longévité d’une fève germée est de huit jours.

 

image