3 mai 2019
L’Œil sur le conseil
Belœil en bref
Par: Sarah-Eve Charland

Belœil finalise le règlement d’emprunt pour l’achat du terrain qui accueillera le garage municipal. Photothèque | L’Œil Régional ©

Le conseil municipal de Belœil se réunissait en séance ordinaire le 23 avril. Voici quelques faits saillants.

Belœil n’accorde pas une compétence à la MRC

La Ville de Belœil refuse de transférer sa compétence d’abattage et de plantation d’arbres sur son territoire à la MRC de la Vallée-du-Richelieu. Cette dernière étudie la possibilité d’en assurer la gestion.

Belœil assure avoir les ressources et l’expertise nécessaires pour maintenir la gestion de l’abattage et la plantation des arbres hors des boisés et qu’aucun permis ou certificat d’autorisation n’a été émis dans les dernières années relativement à l’abattage d’arbres dans les milieux boisés.

Les élus ajoutent vouloir offrir au maximum un service de proximité à ses citoyens.

Règlement d’emprunt pour un terrain officialisé

La Ville conclura le règlement d’emprunt de 1 280 000 $ pour compléter l’achat du terrain (lot 6 219 549) qui aura pour vocation le garage municipal. La consultation par le biais du registre s’est déroulée du 15 au 17 avril à l’hôtel de ville de Belœil. Aucune personne ne s’est présentée pour signer le registre. Le coût total du terrain s’élève à 1 905 000 $, dont une partie sera prise à même le fonds général.

Belœil doit retourner en appel d’offres

Après avoir résilié un contrat pour le traitement des résidus de bois, de construction, de rénovation, de démolition et le traitement des encombrants de l’écocentre, Belœil doit relancer un deuxième appel d’offres puisque la seule soumission est supérieure au budget alloué.

La seule soumission, de Tria écoénergie inc., était 62 % plus dispendieuse que le contrat qui avait été alloué à Mélimax Transport. Les élus ont considéré cette augmentation des coûts déraisonnable.

Le contrat avec Mélimax Transport inc. a été résilié parce que l’entreprise se retrouvait sur le Registre des entreprises non admissibles aux contrats publics à la suite d’une décision de l’Autorité des marchés publics.

image