28 février 2017
Bel-Aire séduit de jeunes joueurs de curling
Par: Denis Bélanger
Les médailles du tournoi de curling des Jeux du Québec seront déterminées ce matin au Centre sportif Mistouk.

Les médailles du tournoi de curling des Jeux du Québec seront déterminées ce matin au Centre sportif Mistouk.

CURLING. Le club de curling Bel-Aire de Mont-Saint-Hilaire vient enfin de démarrer son programme pour les jeunes. Le responsable du projet, Gilbert Gagnon, ne cache pas son souhait d’aligner un jour une équipe aux Jeux du Québec.

La tenue d’une activité porte-ouverte le 29 janvier a permis au club de récolter une dizaine d’inscriptions. «Une quinzaine de jeunes sont venus essayer, rapporte M. Gagnon. Les parents m’ont dit qu’ils avaient lu l’annonce de l’activité dans le journal.  Le premier cours s’est très bien déroulé. Nous commençons par enseigner la base. Nous terminons les sessions en jouant [une manche].»

L’organisme avait essayé de lancer son programme pour les jeunes l’automne dernier.  Les inscriptions n’avaient cependant pas été au rendez-vous. «Nous avions eu l’aide d’une spécialiste pour contacter les écoles mais nous n’avions eu aucun retour, ajoute Gilbert Gagnon. Nous ne commencions toutefois pas à désespérer. Nous aurions attendu à l’année prochaine.»

Ce dernier croit réaliste d’envoyer une équipe du club aux finales régionales des Jeux du Québec de Richelieu-Yamaska en 2021. «Nous devons d’abord construire sur nos premiers jeunes, précise-t-il. J’aimerais bien aussi créer une ligue régionale avec les clubs de Boucherville, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint-Lambert.»

La région Richelieu-Yamaska serait bien heureuse d’avoir de nouveaux joueurs. Aux finales régionales des Jeux du Québec, quatre équipes (trois de Bedford et une de Sorel-Tracy) étaient en lice pour les catégories masculine et féminine.

Plusieurs jeux derrière la cravate
Gilbert Gagnon n’est pas étranger avec l’atmosphère qui règne aux Jeux du Québec. Sa fille a participé comme athlète en tir à l’arc aux Jeux d’été d’Amos en 2015. Puis il a porté le chapeau d’entraîneur-chef pour l’équipe de tir à l’arc de la Rive-Sud en 2010 (Gatineau), 2012 (Shawinigan), 2014 (Longueuil) et 2016 (Montréal). Il dit avoir vécu chaque fois de belles expériences. «Je conserve notamment de beaux souvenirs de Montréal, alors que nous avons eu de belles découvertes et de bons résultats», affirme-t-il.

Malgré les récents succès de ses jeunes, M. Gagnon est prêt à passer le flambeau d’entraîneur de tir à l’arc. «J’ai deux jeunes juniors qui seront rendus trop vieux et qui pourront prendre la relève, mentionne-t-il. S’ils ont trop d’études ou d’autres projets en tête, on verra à ce moment-là ce qu’on fera.»

image