21 juillet 2016
Basketball féminin : Richelieu-Yamaska vise encore l’or cette année
Par: L'Oeil Régional
Les entraîneurs Éric Fréchette et Marc Vigneault ont donné leurs directrices aux joueuses de Richelieu-Yamaska lors d’un entraînement à l’école Bernard-Gariépy.

Les entraîneurs Éric Fréchette et Marc Vigneault ont donné leurs directrices aux joueuses de Richelieu-Yamaska lors d’un entraînement à l’école Bernard-Gariépy.

Après le bronze en 2010, l’argent en 2012 puis l’or en 2014, les joueuses de basketball de Richelieu-Yamaska veulent défendre leur titre et encore continuer sur leur progression pendant le deuxième bloc de la 51e Finale des Jeux du Québec.

Les joueuses de l’entraîneur sorelois Éric Fréchette aspirent encore une fois aux grands honneurs dans la division 1 du tournoi.

« On a une équipe très différente de celle qui a gagné l’or en 2014. On ressemble grandement à celle qui s’est rendue en finale en 2012. Notre objectif est de former un tout avec des joueuses de plusieurs programmes de basketball », explique Éric Fréchette.

Il y a deux ans, l’équipe était composée à 100% de Soreloises, ce qui faisait en sorte que la chimie s’opérait plus facilement dès le départ, croit l’entraîneur. Cette année, huit des joueuses sont de Sorel-Tracy, alors que trois viennent de Beloeil et une de Granby.

À ce sujet, depuis 2010, les équipes féminines de basketball de Richelieu-Yamaska ont été composées environ de 80% de joueuses issues du programme de Sorel-Tracy.

« On vise l’or, rien de moins. Au cours des 10 derniers Jeux, Richelieu-Yamaska a eu sept participations à la finale et a gagné trois fois. Aucune autre délégation n’a fait ça dans le passé », ajoute M. Fréchette.

Une équipe axée sur la défensive

Éric Fréchette est formel : l’attaque devra passer par la défensive si Richelieu-Yamaska veut aspirer aux grands honneurs.

« Il faut que notre force soit la défensive. Si elle n’est pas impeccable, ce sera difficile. On va être bon à l’attaque si et seulement si on est bons à la défensive », martèle-t-il.

D’ailleurs, lors d’un tournoi préparatoire U15 à Trois-Rivières le 10 juillet, son équipe s’est rendue jusqu’à la finale.

« C’était un bon tournoi avec des matchs serrés. Les filles des autres villes s’intègrent de mieux en mieux et la chimie commence à s’installer, mais il reste encore plusieurs jours de camp avant notre départ pour les Jeux », ajoute l’entraîneur.

Deux vétéranes de retour

Rosalie Vigneault et Justine Labrie sont deux joueuses de l’équipe gagnante en 2014 à Longueuil qui sont de retour cette année. Les deux Soreloises sont toujours aussi excitées de prendre part à cette compétition unique.

« On sait à quoi s’attendre. On vise rien de moins que la médaille d’or, mais on sait qu’on a encore pas mal de travail à faire si on veut atteindre notre objectif », ont-elles commenté, lors d’une pratique à l’école Bernard-Gariépy la semaine dernière.

Les deux premiers rivaux de Richelieu-Yamaska sont les équipes de Montréal et de l’Outaouais

image